Société

400 manifestant.e.s solidaires des migrants

Montpellier : la mobilisation de soutien aux migrants bloque la route de l’extrême droite !

Publié le 10 octobre 2016

Ce samedi à 14 heures deux rassemblements se tenaient simultanément à Montpellier, aux alentours du jardin du Peyrou. Le premier était une manifestation en opposition à l’hébergement de 90 migrants dans la ville, organisée par les groupes identitaires héraultais.

Face à cette nouvelle action (faisant suite aux deux manifestations ayant eu lieu les 22 et 25 septembre derniers et à la construction d’un mur « anti migrant » par des identitaires devant le nouveau centre d’accueil des demandeurs d’asile), une contre-manifestation était organisée conjointement par les partis de gauche, associations et collectifs antiracistes de l’Hérault et des environs pour montrer qu’à Montpellier, contrairement à l’extrême droite, les migrants sont les bienvenus !

Correspondants

C’est donc une quinzaine de groupes qui a répondu présent ce samedi 8 octobre après-midi parmi lesquels : l’AG populaire Nuit Debout, AL, ATTAC Montpellier, Amnesty International, BDS France 34, CNT ESS 34, Collectif antifasciste 34, Collectif migrant-e-s bienvenue, CGA, École émancipée 34, Ensemble !, La Collective 34, MRAP, NPA, PCF, Parti de Gauche, Sud éducation 34.

Plusieurs intervenants ont enchaîné les tours de parole devant une foule de plus de 400 personnes réunies sur la place de la préfecture pour dénoncer la réponse sécuritaire et répressive des États européens qui font de l’Europe une véritable forteresse alors que des milliers de personnes périssent en mer en tentant de fuir la guerre, la misère et l’oppression.

Outre la liberté de circulation et d’installation pour les réfugiés et les migrants, et la régularisation de tous les sans-papiers revendiqués dans le tract distribué sur place (et repris dans les slogans des militants tels que « De l’air, de l’air, ouvrez les frontières ! » ou « C’est pas les immigrés, c’est pas les sans-papiers qui volent notre travail, c’est le capitalisme et la précarité ! »), c’est la stigmatisation et la criminalisation des migrants par l’extrême droite mais également par une grande majorité des futurs candidats à la présidentielle qui était dénoncée.

Après une heure de manifestation dans une ambiance festive, un cortège mené par les antifascistes présents en nombre est parti en direction des jardins du Peyrou aux cris de « Alerta, Alerta , Aaantifascista » ou encore « Facho casses toi ! Montpel est antifa ! »

Alors qu’il se dirigeait vers l’endroit d’où était censée partir la manifestation des différents groupes racistes d’extrême-droite (Ligue du Midi, Résistance républicaine et Riposte laïque), le cortège s’est retrouvé face à un important dispositif policier visant à maintenir à distance les participants des deux rassemblements.

Il est intéressant de noter que le dispositif mis en place visait clairement à protéger le groupe d’un peu moins de 80 personnes réunies pour écouter les discours haineux et nauséabonds de Richard Roudier pour la Ligue du Midi, de l’écrivain nationaliste et candidat à la présidentielle Renaud Camus à l’origine du concept de « grand remplacement » ou encore du général Christian Piquemal arrêté lors d’une manifestation anti-migrant interdite à Calais et récemment radié de l’armée.

Revers de la médaille de ce dispositif de protection imposé par la réponse de tous ceux qui se sont largement mobilisés pour exprimer leur solidarité avec les migrants : le rassemblement anti-migrants n’a pas pu effectuer le parcours prévu à destination de la préfecture et est resté bloqué à son point de départ. Objectif réussi donc pour cette contre-manifestation : souhaiter la bienvenue à tous les migrants et ne pas laisser la rue à l’extrême droite !