^

Politique

"Expulser Moussa, c'est l'assassiner."

Moussa menacé d’expulsion : "Là-bas, il a été persécuté pour son homosexualité, son compagnon est mort brûlé devant ses yeux"

Depuis un mois, Moussa, un homme de 28 ans est retenu dans un centre de rétention administrative. Originaire de Guinée, il risque d'être expulsé du jour au lendemain et risque la mort pour son homosexualité. Nous relayons ci-dessous la pétition de plusieurs associations.

Pétition à signer

Plusieurs dizaines de personnes se sont réunies devant la Préfecture de Nîmes ce jeudi 26 avril pour demander sa libération de cet homme arrivé à Nîmes en 2015 avec une autorisation de travail.

Toutes les personnes qui ont assisté à la Pégoulade 2017 ne peuvent avoir oublié ce danseur monté sur ressort, cet acrobate au corps léger enchaînant les sauts spectaculaires, sourire scotché sur un visage lumineux pour animer le char des artistes africains.

Moussa, 28 ans, est originaire de Guinée. Il est arrivé à Nîmes en 2015 avec une autorisation de travail. Mais depuis un mois, celui qui s’est intégré dans la ville (il est notamment bénévole à l’association Aides), est retenu au centre de rétention administrative, le CRA, une prison qui n’en a pas le nom. Il risque, du jour au lendemain, un retour aux frontières, direction son pays d’origine.

Libération immédiate

Pour le soutenir, dénoncer “cette politique inhumaine” et pour interpeller le préfet, plusieurs dizaines de personnes étaient réunies ce jeudi soir, devant la préfecture [de Nîmes]. “Il ne veut pas y retourner, dit Élodie, l’une de ses amies. Là-bas, il a été persécuté pour son homosexualité, son compagnon est mort brûlé devant ses yeux. Expulser Moussa, c’est l’assassiner. S’il retourne en Guinée, il sera la cible idéale de tous les homophobes locaux.”

AIDES et RESF, les deux associations à l’origine de ce rassemblement, demandent “la libération immédiate de Moussa”. Yves Carel, de RESF, poursuit : “Nous nous engageons à lui trouver un travail. Nous demandons sa libération immédiate et l’octroi d’un titre de séjour provisoire.” Les militants voudraient aussi attirer l’attention des élus, notamment celle du maire Jean-Paul Fournier qui a rencontré Moussa, et qui aurait posé avec lui pour une photo, au moment de la Pégoulade.

Enfermé depuis un mois
Moussa est maintenant enfermé depuis plus d’un mois. Sa rétention vient d’être prolongé de 15 jours. “C’est inhumain. Cela ne peut durer. À tout moment, même en soirée, il peut être transféré par avion. Il y a urgence”, dit Roger.

Vers 18 h, quelques manifestants ont été reçus en préfecture. Ils ont eu le sentiment d’avoir été entendus, mais veulent maintenant “du concret”.
(Reprise adaptée de l’article de Midi Libre du 27/04/2018)

Entre-temps
Plusieurs associations comme STOP Homophobie, AIDES, RESF, Soutien aux Victimes d’Homophobie se sont mobilisées pour soutenir Moussa dans la rue et sur Facebook.
Samedi 28 dans la nuit, Moussa a été conduit à l’aéroport. L’avion était plein, il n’a pas pu embarquer . Il est de retour au centre de rétention. Un rassemblement a de nouveau été organisé dimanche 29 à 17 h devant la préfecture.
Pour plus d’informations à ce propos, lisez l’article de Midi Libre du 30/04/2018 qui en parle à nouveau.

L’OFPRA réexamine sa demande mais montrons-leur notre soutien à Moussa en signant cette pétition.




Mots-clés

homophobie   /    expulsion   /    Répression   /    Politique