Notre classe

Répression

Mulhouse. Manif sous escorte de la BAC et interpellation à la clé

Publié le 17 mai 2016

Quelque trois cents personnes ont défilé dans les rues de Mulhouse, hier. Sous très forte escorte policière, syndicalistes et Nuit Debout se sont retrouvés, avant même que la manif ne finisse, devant l’Hôtel de police, où un jeune a été emmené par la BAC, libéré par la suite en début de soirée.

Vincent Duse, CGT PSA Mulhouse

La mobilisation d’hier a été plus réduite que les précédentes, avec 300 manifestants dans les rue de Mulhouse. Partis à 16h30 de la Place de la Bourse, les équipes syndicales FO et CGT du bassin mulhousien étaient au rendez-vous alors que la fédération des métaux de la CFDT, pourtant dans la bataille jusqu’à présent, n’était pas dans le défilé.

Avec les militants syndicaux et des partis de gauche et d’extrême gauche, un certain nombre de jeunes, de celles et ceux qui animent les Nuit Debout mulhousiennes, avaient répondu à l’appel de l’Intersyndicale du Haut-Rhin, formant un cortège très dynamique.

Avec cette désagréable sensation d’être serrés de près par les flics, il était couru d’avance que ceux-ci allaient multiplier les provocations. Une première tentative d’interpellation dans le cortège a eu lieu, déjouée, puis une seconde, à proximité de la Porte Jeune, ce qui a stoppé net la manif. A plusieurs, syndicalistes de la CGT PSA, notamment, et Nuit Debout, nous nous sommes rendus devant l’Hôtel de police de la ville où la BAC avait embarqué Jérémy, accusé d’outrage. Libéré peu après 20h30, il devrait être convoqué devant un juge en juillet. Pour Jérémy comme pour tous les autres interpellés et convoqués dans le cadre du mouvement actuel, il faut l’arrêt des poursuites. Ce sera l’une de nos revendications jeudi 19.