Société

La répression sur tous les fronts

NDDL. 19 conducteurs de tracteur en procès le 24 février pour avoir manifesté

Publié le 13 janvier 2016

A. Bronstein

Au cours de la journée de mobilisation contre la construction de l’aéroport et les expulsions de Notre-Dame Des Landes, l’État et ses forces de police ont encore fait preuve d’un excès de zèle en matière de répression en interpellant pas moins de 19 conducteurs de tracteurs qui ralentissaient le trafic sur plusieurs axes routiers aux alentours de Nantes. Une étape a cependant été franchie dernièrement avec l’annonce de leur jugement en correctionnel qui aura lieu le 24 février.

Les militants opposés à la construction de l’aéroport et aux expulsions avaient appelé à une forte journée de mobilisation le samedi 9 janvier, date qui avait été choisie à cause du jugement des habitants « historiques » de la zone (présents antérieurement à la déclaration d’utilité publique du projet, en 2008) qui a eu lieu ce mercredi 13 janvier. La manifestation a réuni environ 20 000 personnes en dépit du changement de date, faisant ainsi de cette journée une véritable démonstration de force. Le gouvernement et les forces de police et de gendarmerie, craignant une hausse de tension à l’approche du rendu de jugement, qui aura lieu le 25 janvier et légitimera pour sûr les expulsions à venir, ont alors fait preuve d’un véritable acharnement à l’encontre des manifestants. La mobilisation s’est étendue sur plusieurs jours, entre autres avec des « opérations escargot » sur le périphérique de Nantes jusqu’à mardi matin. Les forces de l’ordre en ont alors profité pour interpeller 19 conducteurs de tracteur, dont trois avaient été placés en garde à vue dès lundi, et libérés dans la nuit seulement.

La stratégie de la terreur, visant à décourager les velléités d’opposition à la politique mortifère menée par l’actuel gouvernement, ne s’est pas arrêtée à une simple mise en garde. En effet, les 19 conducteurs sont poursuivis pour entrave à la circulation et encourent jusqu’à deux ans d’emprisonnement, 4500 euros d’amande et un retrait de six points sur leur permis de conduire. La date de leur jugement au tribunal correctionnel a été fixée au 24 février prochain et les véhicules saisis par la police seront confisqués jusqu’à ce jour. Le gouvernement Hollande fait preuve encore une fois de sa politique droitière et de son mépris pour ceux qui n’adhèrent pas à ses grands projets inutiles.

Cette démonstration de la logique guerrière du gouvernement n’aura cependant pas découragé les opposants à l’aéroport qui étaient plusieurs milliers à se rassembler devant le tribunal de grande instance de Nantes pour protester contre l’expulsion des 11 familles et 4 agriculteurs convoqués ce mercredi.

partager

Mots-clés