^

Politique

Violences policières

NDDL : 2 journalistes de Libération blessés par des "grenades à effet de souffle"

Alors que la répression fait bon train à Notre-Dame-des-Landes, en plus de nombreux manifestants réprimés et blessés, deux journalistes de Libération ont été touché par des grenades à effet de souffle et des projectiles "tiré à l'aveugle".

Alors que le gouvernement mène une opération militaire pour expulser quelques 250 zadistes qui occupent pacifiquement Notre-Dame-des-Landes depuis des années, moyennant des milliers de CRS, des centaines de blessés sont comptabiliser depuis 1 semaine.

Son objectif ? Expulser quelques deux cents cinquante personnes, vivant dans les bocages où ils font du pain, de la bière, du maraîchage, et bricolent, discutent, lisent. Paysans boulangers, pépiniéristes, charpentier, apicultrice, éleveurs…, occupant pacifiquement les lieux.

Dans ce tournant répressif, où même les journalistes sont quasi-interdits, que "deux journalistes de Libération ont été blessés au cours d’opérations menées par les forces de l’ordre à Notre-Dame-Des-Landes" comme l’affirme un communiqué de la Société des Journalistes et du Personnel de Libération - SJPL.

Il continue, "mercredi, au lieu-dit « les Fosses noires », notre correspondant Pierre-Henri Allain a été touché à l’arcade sourcilière, au cou et à la jambe par des éclats projetés par une grenade à effet de souffle. Dimanche après-midi, à proximité de la route D81, le photographe Cyril Zannettacci a été violemment atteint au pied par un projectile du même type « tiré à l’aveugle sur un groupe de personnes qui n’affichaient pas d’intention hostile »".

Crédits photo : https://www.facebook.com/Nantes.Revoltee/




Mots-clés

Violences policières   /    Répression   /    Politique