^

Monde

17 morts en Palestine

Netanyahou dit « bravo » aux soldats qui ont tué 17 palestiniens désarmés

Le massacre a très peu fait parlé de lui. Pourtant vendredi, Tsahal a tué 17 palestiniens désarmés à la bordure de la bande de Gaza lors du rassemblement pacifiste pour la Journée de la Terre qui marquait le début de la grande marche qui durera 6 semaines pour demander le retour des palestiniens en exil. Netanyahou assume pleinement ce massacre et félicite même ses soldats, qui ne sont que des criminels de guerre.

Un 17ème palestinien est mort ce lundi 2 avril des suites de ses blessures. Comme plus de 1 400 palestiniens, Faris al-Raqib, 29 ans, avait été blessé par l’armée israélienne ce vendredi 30 mars. En effet, la société civile palestinienne a organisé « la grande marche du retour » pour protester contre l’occupation israélienne et demander le retour des exilés palestiniens qui ont été chassés par les israéliens il y a 70 ans. Elle doit se terminer le 15 mai donc, jour anniversaire de la Nakba, or le 14 mai, jour anniversaire de la création de l’État israélien, les USA vont inaugurer leur ambassade à Jérusalem.

La situation va donc être extrêmement tendue pendant 2 mois en Palestine. Surtout que l’État israélien a décidé de ne laisser passer aucun acte de défiance qui viendrait ternir les 70 ans de la création de l’État sioniste. A l’exemple du crime contre l’humanité que représentent ces assassinats barbares de vendredi. D’après l’article 6c du statut du Tribunal militaire international de Nuremberg, la définition de crime contre l’humanité est « l’assassinat, l’extermination, la réduction en esclavage, la déportation et tout autre acte inhumain inspirés par des motifs politiques, philosophiques, raciaux ou religieux et organisés en exécution d’un plan concerté à l’encontre d’un groupe de population civile ».

Tsahal avait déployé 100 snipers de plusà la bordure de Gaza, Gadi Eisenkot, chef d’état-major israélien a été très clair « en cas de danger mortel, on a l’autorisation de tirer. Nous ne permettrons pas qu’on s’infiltre en masse en Israël ». Les soldats étaient autorisés à utiliser « toute la force nécessaire » et donc à tuer si cela était nécessaire.

De fait avec ce permis de tuer, les soldats de Tsahal ne se sont pas gênés pour tirer dans le tas. Plusieurs dizaines de milliers de Palestiniens étaient venus défiler pacifiquement. Des jeunes palestiniens se sont approchés de la bordure pour jeter des pierres et selon l’armée israélienne, des pneu en feu et des cocktails molotov. De fait « ces attaques » ont été jugées comme mettant en danger la vie des soldats et une tentative d’invasion du « territoire israélien ».

17 jeunes y ont laissé la vie, le plus jeune à 9 ans...

On ne s’attendait pas à ce que le gouvernement de Netanyahou condamne le massacre mais on ne pouvait pas s’attendre non plus à ce que le premier ministre en personne félicite ses soldats, pourtant cela a bien été le cas.

Samedi, dans un communiqué, il a félicité Tsahalpour avoir «  protégé les frontières du pays ». « Bravo à nos soldats  », «  Israël agit fermement et avec détermination pour protéger sa souveraineté et la sécurité de ses citoyens  ».

Ces assassins sont presque des héros aux yeux de Netanyahou, ces soldats qui, bien protégés par la bordure, un fossé, un monticule de terre, à 200 mètres du premier palestinien, ont pu calmement ajuster leur cible, appuyer sur la gâchette et tirer sur ces jeunes, parfois dans le dos alors qu’ils s’éloignaient en courant de la bordure.

Face à ça le Koweït a demandé une enquête à l’ONU, demande qui a été bloquée par le veto des USA. Il n’y a rien à attendre des institutions internationales contrôlées par les puissances impérialistes alliées de l’État israélien qui bénéficie d’une impunitétotaledevant tous ces massacres perpétrés depuis 70 ans.

Erdogan qui tente toujours plus d’agrandir sa sphère d’influence n’a pas hésité à attaquer verbalement Netanyahou. Bien sûr, il ne faudra pas s’attendre à quoi que ce soit de la part du dictateur Erodgan qui utilise, comme tant d’autres chefs d’États la question palestinienne, dans son propre intérêt.

« Hé Netanyahu ! Tu es un occupant ! Et c’est en tant qu’occupant que tu es sur ces terres. En même temps, tu es un terroriste » a déclaré Erdogan, dans un discours télévisé devant ses partisans à Adana. Selon lui, l’État israélien a commis une « attaque inhumaine ».

Netanyahu a répliqué sur Twitter que « l’armée la plus éthique du monde n’a pas de leçons de morale à recevoir de la part de celui qui bombarde des civils sans discernement depuis des années ».

L’armée la plus éthique du monde ? L’armée qui à l’aide de supplétifs catholiques libanais ont orchestré les massacres de Sabra et Chatila et qui ont mis les cadavres des réfugiés palestiniens sous la pelouse d’un stade de foot ? L’armée qui tue des centaines de Palestiniens chaque année de n’importe quel âge ? L’armée qui a pris d’assaut un bateau d’aide humanitaire qui voguait en direction de Gaza sous blocus israélien et égyptien, et qui a exécuté 9 membre d’équipage ? Tsahal dont l’intervention lors de l’Opération Bordure Protectrice en 2014 a causé plus de 2 100 morts du côté palestinien, dont 541 enfants et 250 femmes ?

L’armée israélienne qui est une armée coloniale, a le pouvoir de vie et de mort sur le peuple palestinien. Netanyahou ne peut que se féliciter de son armée qui n’a suivit de fait que les ordres, tirer pour tuer, tuer pour appliquer la politique de la terreur.

Le peuple palestinien ne peut revendiquer pacifiquement ses terres. Avec la complicité des pays impérialistes, de par leur silence ou par leur collaboration directe comme les USA, le gouvernement israélien sait qu’il peut commettre des crimes de guerre sans être inquiété. Et ce n’est pas d’un assassin comme Erdogan qui massacre les kurdes de Turquie ou de Syrie, et qui emprisonne l’opposition turque, que viendra le sauveur de la Palestine.

Une fois encore les Palestiniens sont seuls face aux massacres, à la colonisations. Eux qui sont dépossédés de leur terre et chassés de leur propre pays, ne peuvent compter que sur leur propre force pour se libérer et mérite un soutien indéfectible des travailleurs du monde entier, sans quoi l’État israélien pourra continuer à tuer en toute impunité. Il faut que justice soit faite pour le peuple palestinien, par le peuple palestinien, et que les hommes comme Netanyahou répondent de leurs crimes devant lui. Palestine Vivra ! Palestine Vaincra !

_




Mots-clés

Benyamin Netanyahou   /    Israël   /    Palestine   /    Répression   /    Monde