^

Culture et Sport

Football leaks

Ngolo Kanté encensé, les pratiques des clubs pour frauder le fisc mises au second plan

Ce mercredi 14 novembre, Médiapart a révélé une information étonnante, dans le cadre de l'affaire des « Football leaks ». Par crainte de problème avec la justice, Ngolo Kanté aurait refusé qu'une partie de son salaire soit payé via un montage financier via un paradis fiscal. Et si l'attitude du milieu de terrain français est encensée, les pratiques frauduleuse des clubs de football, en l’occurrence Chelsea, sont passés sous silence.

Crédits photo : ©Maxppp

Ngolo Kanté, le milieu de terrain du club de Chelsea champion du monde avec l’équipe de France, a une image détonante avec le reste du milieu footballistique. Alors que les joueurs de football, et notamment les plus célèbre, sont souvent épinglé pour leur égo surdimensionné et pour leur affaires judiciaires, parfois pour fraude au fisc, Kanté jouit d’une image totalement opposé. Loué pour sa simplicité et célèbre pour sa « timidité », le joueur de Chelsea est aujourd’hui encensé pour une affaire lié au fisc : Ngolo Kanté, mis sous pression par son club pour qu’une partie de son salaire soit payé via un paradis fiscal, a refusé. Depuis, c’est l’effervescence, dans la presse comme sur les réseaux sociaux.

Pourtant, l’affaire à de quoi scandaliser. Déjà, parce qu’il s’agit d’encenser un millionnaire qui, au final, a juste décidé de ne pas frauder le fisc... uniquement par crainte de se faire prendre ! Une forme de lucidité donc, pour préserver son image, et ce alors que des stars du ballon rond, comme Cristiano Ronaldo ou Lionel Messi, ont été au cœur d’affaire les opposants au fisc ces dernières années. Mais aussi parce que, aussi paradoxal que cela puisse paraître, les magouilles du club de Chelsea sont relégués au second plan.

En effet, c’est bien la direction du club londonien, cher au milliardaire russe Abramovich, qui a proposé au joueur le montage financier. 20% des revenus du joueur devaient être versés via des droits à l’image, soit 1,4 million d’euros par an : la moitié dans une société britannique NK Sports, avec des impôts moins élevés que pour un salaire classique, et l’autre à Jersey, sans aucune taxe. Au final, Kanté a bien accepté de toucher 20% de son salaire par les droits à l’image, mais uniquement via NK Sports.

Cette affaire, qui secoue l’ensemble du monde du football, est en tout cas révélatrice des pratiques dans les coulisses du foot-business. Car il serait étonnant que ce type de montage soit une exception et ne concerne que Ngolo Kanté et Chelsea...




Mots-clés

football   /    Culture et Sport