^

Politique

Pourquoi attendre Martinez ?

« Notre syndicat peut agir de façon indépendante », la CGT Lafarge appelle à manifester avec les gilets jaunes

Si la direction de la CGT continuer de tourner le dos aux gilets jaunes, la base entend bien imposer une convergence : la CGT Lafarge appelle ainsi à « rejoindre les “gilets jaunes” dans toutes les manifestations prévues en France samedi 8 décembre. »

« Nous appelons à rejoindre les “gilets jaunes” dans toutes les manifestations prévues en France samedi 8 décembre », a annoncé, ce mercredi 5 décembre, l’Union CGT Lafarge. Le tract a été distribué et militer sur l’ensemble des sites du groupe Lafarge, producteur de ciments et filiale du groupe suisse LafargeHolcim. Des rassemblements sont ainsi prévus à Paris, Lyon et Toulouse.

Si les différents communiqués de la confédération de la CGT ne se donnaient même pas la peine de nommer les gilets jaunes, le syndicat CGT Lafarge non seulement affirme « Les syndicalistes et les “gilets jaunes” sont avant tout des citoyens » et place les revendications des gilets jaunes comme légitime face aux politiques « anti-social » de Macron mais plus encore compte rejoindre, concrètement les gilets jaunes, en appelant à manifester samedi prochain dans la rue.

« La baisse phénoménale du pouvoir d’achat, les pensions des retraites au plus bas, le système de santé de plus en plus onéreux, mais aussi le chômage, les faibles salaires et les mauvaises conditions de travail dans les entreprises ont pour conséquence ce puissant soulèvement social », affirme la CGT de Lafarge dans son communiqué.

Qu’attends Martinez ?

En effet, pour la CGT Lafarge, impossible comme le fait Philippe Martinez de continuer à se mettre un bandeau sur les yeux. Comme le rapporte Le Monde, Sylvain Moreno, le responsable de la CGT du groupe, a affirmé avoir « discuté lundi lors d’une réunion à l’union départementale de Haute-Garonne » en vue d’un appui plus global aux « gilets jaunes » de la part de la confédération CGT. « Sans succès. La confédération reste sur un appel à une grande journée d’action séparée le 14 décembre, continue Le Monde.

Sylvain Moreno continue :

« Mais on est grand, et notre syndicat peut agir de façon indépendante »

Des syndicats convergent avec les gilets jaunes contre Martinez

Face à ce refus de Martinez de se joindre concrètement aux gilets jaunes, au moment où le gouvernement recule, chancèle, et pourrait bien tomber, des syndicats CGT appellent dores et déjà à rejoindre et manifester avec les gilets jaunes, comme la CGT Lafarge ou encore la CGT Territoriaux. De fait, face à la politique de division dans la politique concrète de Martinez, c’est à la base de montrer l’exemple d’imposer à la direction une politique de convergence avec les gilets jaunes. Seule façon de l’emporter et construire le « tous ensemble » dont nous avons besoin pour dégager Macron.

Dans cette situation, la direction de la CGT appelle à une nouvelle journée, le 14 décembre. Mais il s’agit d’une "journée d’action", sans appel à la grève, ni lien concret avec la dynamique réelle du mouvement des gilets jaunes. Dans un contexte où la situation change de jour en jour, appeler à une date le 14 décembre – sans même appeler à la grève, sans même faire état de l’affaiblissement inédit du pouvoir – est totalement irresponsable et condamne le mouvement ouvrier à regarder le train de l’histoire lui passer sous le nez. Au moment même où celui-ci devrait entrer en scène !

Une journée de lutte "tous ensemble", où grévistes, gilets jaunes, et tous les autres secteurs mobilisés pourraient avancer leurs revendications communes, sur le terrain social et des revendications sur le terrain démocratique, et décider ensemble de la suite à donner au mouvement. C’est la seule façon de réellement s’auto-organiser, et se passer de directions syndicales qui, par leur politique divisionniste, empêchent la construction de la a grève générale.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Philippe Martinez   /    Emmanuel Macron   /    CGT   /    Politique