^

Genres et Sexualités

Communiqué

Nous, grévistes de l’hôtel Campanile Tour Eiffel, nous manifestons à la marche des fiertés !

Nous relayons ci-dessous le communiqué des grévistes de l'hôtel Campanile Tour Eiffel, qui ont décidé de participer à la Marche des Fiertés ce samedi, en "solidarité aux luttes contre l’homophobie, le sexisme, et les LGBTIQphobies notamment dans la période actuelle de début du quinquennat de Macron". Cette initiative exemplaire montre la voie des convergences à construire entre les exploité.e.s et les opprimé.e.s pour faire face à nos ennemis communs.

Nous, grévistes de l’hôtel Campanile Tour Eiffel, nous manifestons à la marche des fiertés de Paris ce samedi à 14h !

Après notre très victorieuse grève de 28 jours l’année dernière, qui s’est soldée par :
- la fin de la sous-traitance suite à l’internalisation des femmes de chambre
- une baisse des cadences de 25%,
- le passage des mensualisations des femmes de chambre de 86h67 à 108h33 et de l’aide hôtelière à 130
- deux réceptionnistes à temps complet avec une augmentation importante des salaires
- l’obtention de 75% du 13ème mois.

Avec notre syndicat la CGT HPE (Hôtels de prestige et économiques) nous sommes reparti-e-s en grève cette année depuis le 16 mai 2017.

Nous revendiquons :
- 100% du 13ème mois de salaire dès 2017 et non en 2020. Après avoir obtenu 75% du 13ème mois lors de la grève de 2016, la direction qui a été contrainte de généraliser le 13ème mois à toutes ses filiales sur 4 ans, a voulu nous punir en reculant à 2020 les 100%.
- le refus de la modulation du temps de travail pour les temps partiels.
- l’augmentation du temps de travail des femmes de chambre de 25 à 30 heures par semaine, au lieu de privilégier de nouvelles embauches avec des contrats précaires.
- La mise en place d’une prime d’ancienneté, d’une prime de nuit de 25 € par nuit travaillée, d’une prime d’habillage de 230 € par an comme dans les 4 hôtels de l’ancien pôle luxe.
- l’arrêt des pressions permanentes sur les femmes de chambres à qui on demande de dépointer puis de retourner travailler (digne de la sous-traitance !).
- l’arrêt des pressions, du mauvais traitement et du harcèlement contre les syndiqués CGT qui ont mené la grève victorieuse de l’an dernier : Alors que notre collègue veilleur de nuit, syndiqué CGT, demande depuis longtemps, pour des raisons de santé, à travailler en journée, la direction qui a créé un poste de jour a préféré embaucher une personne externe à l’hôtel pour ne pas satisfaire la demande de notre camarade. Depuis un an la sous-directrice (syndiquée CGT) est mise à l’écart ; l’accès au bureau de la directrice et à la boite manager lui sont interdits ! On lui refuse tout échange constructif. Un autre élu CGT subit des pressions permanentes.

Un collectif solide et solidaire, prêt à mener des batailles victorieuses pour améliorer ses conditions de travail et de salaire est un ennemi à abattre pour les patrons !
Nous grévistes de Campanile ne nous les laisserons jamais faire, nous continuerons à nous battre ensemble jusqu’à la victoire et jusqu’à la satisfaction de nos revendications !

Notre participation à la marche des fiertés est l’expression de notre solidarité aux luttes contre l’homophobie, le sexisme, et les LGBTIQphobies notamment dans la période actuelle de début du quinquennat de Macron. Celui-ci inscrit sa politique dans la continuité des attaques contre le monde du travail, et dans la casse des droits des travailleurs ! Il est important de rappeler que malgré l’image gay-friendly qu’il essaye de se donner, Macron sert les intérêts de sa classe capitaliste, qui est bien remplie de personnalités connues pour l’homophobie, et qui sont clairement proches de La Manif pour Tous. Les homophobes et les sexistes sont bien protégés quand ils sont au pouvoir !

Face à tous ces ennemis, une seule réponse s’impose : la solidarité et le tous-tes ensemble !

Notre participation à la marche des fiertés est l’expression de notre volonté de continuer le combat de construction du rapport de force face à nos patrons et nos ennemis de classe. Nous ne voulons pas rester isolés, et il est donc important pour nous de converger notre lutte avec toutes celles et ceux qui se battent contre les discriminations, les violences, l’exploitation, et pour de meilleures conditions de vie et de travail etc.

Il est urgent de construire la solidarité autour de notre lutte, c’est le seul moyen pour nous de continuer à nous battre jusqu’à satisfaction de nos revendications !
Toute lutte est importante, aussi petite soit elle !

Toutes et tous ensemble aujourd’hui à 14h avec les grévistes de l’hôtel Campanile Tour Eiffel, en grève depuis 39 jours !




Mots-clés

hôtel Campanile   /    Grève   /    LGBTQI   /    Genres et Sexualités