Culture et Sport

Malgré les violences policières…

Nouveau clip de la Compagnie Jolie Môme : « Ils n’empêcheront jamais le printemps d’arriver »

Publié le 18 mai 2016

La Compagnie théâtrale engagée Jolie Môme avait choisi son jour pour sortir son nouveau clip : ce mercredi 18 mai, à l’heure même où plusieurs centaines de policiers étaient rassemblés place de la République à Paris, protestant contre « ceux qui osent dénoncer de prétendues violences policières ». Les irréductibles intermittents ont ainsi profité de l’occasion pour réaffirmer de quel côté de la barricade ils se situent, avec cette nouvelle chanson qui, sur un air de comptine, reprend les vers de Pablo Neruda : « Ils peuvent empêcher les fleurs de pousser, ils n’empêcheront jamais le printemps d’arriver ». Un encouragement à ne pas baisser les bras, alors que la mobilisation contre la loi travail connaît un nouveau rebond, avec l’entrée en grève reconductible de plusieurs secteurs stratégiques

Flora Carpentier

Introduit par les larmes de crocodile de Hollande, le clip revient sur les violences policières qui ont émaillé le mouvement depuis plus de deux mois : des plus médiatisées, comme le coup de poing asséné au jeune du lycée Bergson, jusqu’aux plus récentes, à l’image de la répression du rassemblement devant l’Assemblée Nationale le 10 mai, jour de l’annonce du passage en force de la loi. Les séquences sont entrecoupées par cette vidéo qu’ils ont eux-mêmes filmée, où l’on voit une multitude de policiers sur le quai d’une station de métro, défilant à mesure que la rame avance, tel un fil conducteur. « Certaines scènes, comme le rassemblement à l’Assemblée, même si ce ne sont pas nos vidéos, on les a nous-mêmes vécues », raconte Flô, qui a monté la vidéo. « Et encore, on ne peut pas tout montrer dans un clip aussi court, mais si l’on avait montré ce qu’il se passait avant le matraquage policier, on aurait vu que le rassemblement était pacifique. C’est ça le pire », poursuit-elle. Le clip s’achève sur la scène de répression des intermittents devant le théâtre de l’Odéon le 25 mai, avant de se refermer sur ce message d’espoir : « Ils n’empêcheront jamais le printemps d’arriver ».