^

Politique

Ça chute toujours !

Nouveau sondage : Pire que Hollande, Macron plus impopulaire que jamais…

Après seulement sept mois de mandat, Emmanuel Macron a vu sa côte de confiance dévissée de 57 % à 38 % dans le baromètre KantarSofres-Onepoint. Une chute qui rappelle étrangement celle de François Hollande en 2012, qui avait lui aussi perdu 19 points en moins de 6 mois.

Crédits photo : ELIOT BLONDET-POOL/SIPA

Alors que fin juin, le chef de l’État était encore « soutenu » par 58% des Français. En à peine deux mois et demi, il avait perdu 14 points. Et battu, à ce jeu de la dégringolade de François Hollande. En effet, en 2012, il avait fallu attendre, la fin du mois septembre pour le voir passer sous la barre des 50% de satisfaits. Sur ce point, Emmanuel Macron a battu son record.

Alors que François Hollande est devenu au cours de son quinquennat le président le plus impopulaire de la Vème République, Emmanuel Macron, son successeur à l’Élysée, suit la même trajectoire et à vitesse accélérée. Quatre mois et demi après son élection face à Marine Le Pen, l’ex-ministre de l’Économie a traversé un véritable trou d’air en matière de popularité.

Au bout de six mois de mandat, depuis juin 2017, l’actuel locataire de l’Élysée a vu sa cote de confiance chuter de 57 % à 38 %. La même ampleur que François Hollande : 19 points de moins en six mois. Le parallélisme avec Hollande est troublant. L’ancien chef de l’État avait fortement dévissé à l’automne 2012. En six mois, sa cote de confiance était passée de 55 % à 36 %.

Nouveauté, la baisse de ce mois-ci vient principalement de la défiance de peuple de droite. Alors qu’il avait plutôt réussi à les séduire dans un premier temps, les sympathisants LR ne voient plus en lui un président de droite : - 10 points en un mois. Ce sont aussi les catégories aisées, qui constituent le socle de sa base sociale, qui n’ont plus confiance en Macron : (- 11, 45 % en un mois).

Ces dernières sont elles aussi touchées par les réformes fiscales du gouvernement. Les classes moyennes supérieures vont devoir payer davantage d’impôt, notamment avec la transformation de l’ISF en impôt sur la fortune immobilière. Du coup, le risque pour Macron, qui se voulait Président « et de droite et de gauche », est désormais de voir sa base sociale déjà étroite, se rétrécir à vue d’œil…




Mots-clés

Emmanuel Macron   /    Politique