^

Monde

De représailles en représailles

Nouvelles taxes et plainte à l’OMC, la guerre commerciale entre la Chine et les USA s’intensifie

La guerre commerciale que se livrent les deux puissances ne fait que s’intensifier. L’administration Trump vient de menacer la Chine d’une augmentation des droits de douane à hauteur de 200 milliards, de quoi diviser encore un peu plus la bourgeoisie américaine. Pékin n’a pas tardé à répondre par une plainte à l’OMC.

Crédit photo : Reuters

Gouverner en businessman

Après les 34 milliards de dollars de marchandises déjà surtaxés, Trump vient d’ajouter à la liste une taxe sur les marchandises à hauteur de 200 milliards, soit une augmentation de 10 % du tarif douanier. Représailles de représailles : cette nouvelle taxe arrive en réponse à la Chine qui avait elle-même augmenter les tarifs douaniers sur les importations, après la première salve de hausse américaine. Si cette nouvelle hausse ne pourra pas être effective avant septembre, cela ne fait qu’augmenter les tensions entre les deux puissances.

Une escalade de sanctions qui vient d’une accusation contre la Chine pour atteinte « au droit de la propriété intellectuelle de ses entreprises ». Autrement dit, il s’agit pour Trump de freiner l’ascension de la Chine sur le plan économique pour ne pas être concurrencer dans un moment où les États-Unis sont toujours, certes, la principale puissance impérialiste mais en perte d’hégémonie à l’échelle mondiale.

Si Trump met en place une politique agressive vis-à-vis de ses partenaires commerciaux et unilatérale, son protectionnisme effraye aussi des secteurs de la grande bourgeoisie qui pourrait se voir priver ou subir les représailles du premier interlocuteur commercial, en plus d’agiter les marchés financiers, puisque ce sont 1.000 milliards de dollars de dette qui repose entre les mains de Pékin.

Plainte à l’OMC : « aveu de faiblesse » de la Chine ?

Si Trump avait posé après ces accusations une plainte contre la Chine à l’OMC, cela permettait surtout de « légitimer » par la suite sa politique agressive en matière de protectionnisme économique. Pour répondre face à cela, la Chine ne peut pas compter que sur une hausse des tarifs douaniers, car elle exporte bien plus qu’elle n’importe : 130 milliards de dollars d’importations contre 506 pour les États-Unis. C’est d’ailleurs cette différence qui a justifié pour Trump la mise en place de sanction, pour « rééquilibrer » la balance. En plus du fait que les deux pays soit dans des dispositions différentes : quand Trump tente d’affirmer son « leadership » en passant outre les organismes mondiaux, la Chine elle tente de s’y faire une place.

La Chine n’a donc pas les mêmes moyens pour faire reculer l’agressivité commercial de Trump. Un article des Echos recense ainsi les « munitions » dont disposerait la Chine pour riposter à l’offensive américaine : sévir sur les entreprises américaines présentes sur le sol chinois, un rapprochement avec l’Union européenne ou d’autres concurrents des États-Unis, limiter le tourisme, dévaluer le yuan, ou encore vendre de la dette américaine.

Des nouvelles menaces qui ne risquent pas d’apaiser les tensions entre ces grandes puissances, en plus de souligner toujours un peu plus l’impossibilité pour le néolibéralisme de refermer sa crise. Des guerres de puissance qui retomberont sur notre classe, si celle-ci n’impose pas un autre ordre.




Mots-clés

Donald Trump   /    Etats-Unis   /    Chine   /    Monde