^

Notre classe

Un mois de grève

ONET : contribuez à la caisse de grève pour soutenir les salariés du nettoyage SNCF !

Les travailleurs de la société de nettoyage H. Reinier sont en grève depuis maintenant presque un mois. Nous appelons tous nos lecteurs à participer à la caisse de grève pour qu'ils puissent poursuivre leur grève et la remporter !

Avec leur combat, ils ont d’ores et déjà obtenu que l’ensemble des salariés soient repris dans la convention collective de Manutention Ferroviaire et l’annulation de la clause mobilité qui permettait la direction de les envoyer travailler d’une gare à l’autre. Mais la direction ne veut rien lâcher sur les points qui restent : maintien de l’effectif actuel, l’embauche des CDD en CDI pour tous les postes vacants, la prime panier à 4 euros par jour pour tous, la prime vacances à 70% et la prolongation des mandats effectifs et désignatifs de leurs représentants, jusqu’aux prochaines élections.
 
Entourés d’unesolidarité exemplaire comme l’a montré leur dernier repas de soutien auquel ont participé des cheminots, des travailleurs du 93, des anciens grévistes de la FNAC, des étudiants,leur manifestation aux côtés des travailleurs de l’hôtel Holiday Inn, et par la grève des cheminots de Paris Nord, les travailleurs de H. Reinier sont déterminés à continuer et à se battre jusqu’au bout.
 
Mais il faut garder en tête la réalité d’une grève extrêmement dure. Une grève qu’ONET cherche à briser en envoyant toutes les nuits la police accompagnée d’intérimaires pour laver les gares. Une grève qui implique donc que les travailleurs dorment sur place et organisent un véritable dispositif de défense de leur piquet. C’est aussi une grève qui coute cher : bientôt, les fiches de paie tomberont et la plupart risquent d’être à 0. Une grève pour les conditions de travail et la dignité donc, mais aussi contre la précarité.
 
La peur de perdre la totalité de leur salaire, en plus de recevoir des paies très faibles en temps normal, est un obstacle important à la possibilité de continuer la grève quand tous les travailleurs ont des bouches à nourrir. La caisse de grève joue donc un rôle central pour leur permettre de gagner. Lors du repas de solidarité, 1700 euros ont été récoltés. Plus généralement, le syndicat Solidaires a donné plusieurs milliers d’euros via ses diverses fédérations. Les étudiants de Paris 8 ont lancé une collecte à l’université.
 
Ces gestes de solidarité sont forts et montrent que le combat des agents de nettoyage contre la sur-exploitation et la précarité est celui de l’ensemble des travailleurs, des classes populaires et de la jeunesse. Mais ils sont aussi vitaux, car ils donnent la possibilité aux grévistes de se battre jusqu’au bout malgré une situation financière très difficile. Il s’agit d’une grève courageuse de travailleurs et travailleurs précaires pour qui se mettre en grève est extrêmement coûteux, une grève exemplaire pour toutes celles et ceux qui maintenu dans la peur du lendemain, de perdre leur maigre salaire ne peuvent pas, n’osent pas, se mettre en grève et lutter contre les attaques de leurs patrons d’hier et à venir. 
 
C’est la raison pour laquelle nous appelons tous nos lecteurs à contribuer à la caisse de grève, tous ceux qui se reconnaissent dans cette lutte pour des conditions de travail dignes, en soutien à ces travailleurs qui vont subir rapidement et durement les ordonnances Macron à participer financièrement. Leur combat est le nôtre.

Le lien vers la caisse de grève, pour y contribuer en ligne : www.lepotcommun.fr/pot/smk9h0kl ou par chèque à l’ordre du syndicat SUD-Rail de Paris Nord à l’adresse du syndicat :39 Bis Boulevard de la Chapelle 75010 Paris.




Mots-clés

Onet   /    Grève   /    SNCF   /    Notre classe