^

Société

Oise : Un policier accusé d’avoir contraint un migrant à lécher ses chaussures

Un policier de la PAF de Beauvais est sous le coup d’une enquête de l’inspection générale de la police nationale (IGPN) pour avoir humilié un migrant Guinéen en le forçant à se mettre à genoux et à lui lécher les chaussures. Pendant que les violences de la police se multiplient et montrent le vrai visage de l'institution, le traitement de ces questions par les médias traditionnels laisse perplexe.

Photo : BERTRAND GUAY / AFP

Le mois dernier, un migrant qui était placé en rétention administrative a été humilié par un policier à Beauvais, qui est accusé de l’avoir contraint... à lécher ses chaussures.

Ces dernières semaines spécialement, on a pu voir les nombreux cas de violences policières à travers le pays qui ont rendu explicite ce que les jeunes de quartiers savaient déjà : la police humilie, blesse, tue au nom d’un « l’ordre » raciste. Alors que cette nouvelle affaire aurait pu faire un scandale dans un contexte de profonde délégitimation du corps répressif, la presse dominante cherche à justifier la violence subie et disculper la police. Dans un article du Parisien, assez étrangement, tout le focus a été placé sur la défense du policier plutôt que sur les faits. La personne humiliée est « victime présumée » et le policier, un « gardien de la paix expérimenté », même si durant sa première audition, il aurait reconnu les faits avant de revenir sur ses aveux.

Si la parole est donnée à la police, dont des gradés parlent de « brebis galeuses » pour préserver une institution qui organise ces mêmes méthodes d’humiliation (comme on a pu le constater une nouvelle fois avec l’interpellation des lycéens de Mantes-La-Jolie), la victime n’a quant à elle pas été invitée à s’exprimer dans la presse.




Mots-clés

Loi asile et immigration    /    Racisme   /    Violences policières   /    Réfugiés   /    Immigration   /    Société