^

Politique

Lui n’aura pas de problème pour boucler la fin du mois…

Où va l’argent ? En 2018, Bernard Arnault est plus riche de 25.5 milliards d’euros

Au moment où la mobilisation des gilets jaunes dénonce les inégalités sociales, le patron du groupe LVMH, Bernard Arnault voit sa fortune, évaluée à 73,2 milliards d'euros en 2018, augmenter de 25,5 milliards en une année. Bernard Arnault est la première fortune de France et d'Europe et la 4e fortune mondiale selon le magazine Forbes.

En janvier 2015, une étude de l’Oxfam révélait que 62 personnes possèdent à elles seules les mêmes richesses que 3,5 milliards de personnes. Le constat est clair : « La crise mondiale des inégalités atteint de nouveaux sommets. Les 1% les plus riches possèdent désormais davantage que les 99% restants. Ils font usage de leur pouvoir et de leurs privilèges pour biaiser le modèle économique et creuser le fossé qui existe entre eux et le reste de la population. Un réseau mondial de paradis fiscaux a permis aux plus riches de cacher quelque 7 600 milliards de dollars. La lutte contre la pauvreté est vaine si la crise des inégalités n’est pas résolue. ».

Macron, l’ami des patrons !

Aujourd’hui la situation s’empire, les inégalités augmentent. Le 1% le plus riche est sorti encore plus riche de la crise économique mondiale de 2008. Le grand patronat reçoit de nombreux cadeaux alors les travailleurs se sont appauvris et les services publics n’ont cessé de souffrir de coupes budgétaires et de l’austérité. Le gouvernement Macron est particulièrement généreux avec ses amis. On peut citer les mesures emblématiques comme la suppression de l’impôt sur la fortune (ISF) ou encore la baisse des cotisations patronales. C’est aussi la loi travail qui permet entre autres une plus grande souplesse aux patrons pour licencier facilement et moins cher : plafonnement d’indemnités de licenciements abusifs, destruction de la représentativité syndicale. On pense aussi « au droit à l’erreur » face à l’administration. Pour être clair, les grandes fortunes peuvent désormais frauder le fisc en toute légalité.

Bernard Arnault et l’ensemble du CAC40 sont les meilleurs amis de ceux qui nous gouvernent : ils étudient ensemble, ils dînent ensemble, ils jouissent ensemble de leurs privilèges et s’offrent mutuellement des cadeaux.

Les inégalités se creusent !

Possédant les mêmes intérêts, les chiffres scandaleux dans un pays comme la France qui compte 8 millions de pauvres, 14 millions de mal logés, 6,5 millions de chômeurs. Bernard Arnault et ses amis du CAC 40 ne connaissent pas la crise. A l’aide des élites au pouvoir, ils entendent faire payer « leur crise » aux travailleurs : augmentation chômage, des attaques aux droits du travail, des coupes budgétaires dans l’éducation, la santé et les services sociaux, ou directement par l’appauvrissement extrême.

Il faudrait donc 3,4 millions d’années à un smicard pour amasser la fortune d’Arnault… sans compter toutes les dépenses ! Une telle fortune ne peut être construite que sur le vol. Il s’agit du vol des fruits de la production réalisée par des millions de travailleurs et travailleuses.

Nos vies valent plus que leurs profits !

La mobilisation des gilets jaunes qui a démarré contre une énième hausse fiscale touchant ceux d’en bas fait tomber le masque et met en lumière les inégalités colossales inhérentes à ce système. Cette semaine, le fait qu’une députée LREM ne connaissait pas le montant du SMIC en dit long sur la déconnexion totale des gouvernants amis des patrons. En France, une personne sur sept vit sous le seuil de pauvreté, tandis que d’autres se gavent de profits.

« Macron démission » est le slogan qui rassemble les gilets jaunes et permet d’agréger autour d’eux de plus en plus de secteurs. Les revendications s’élargissent. Elles sont sociales, économiques mais aussi démocratiques. Mais pour dégager définitivement Macron, il faut dégager son monde pour construire une autre société sans aucune forme d’exploitation ni d’oppression.




Mots-clés

Inégalités   /    LVMH   /    SMIC   /    Politique