^

Politique

Après des mois à la recherche des précieuses signatures

P. Poutou : « Nous avons 523 parrainages, je serai candidat à l’élection présidentielle »

Philippe Poutou était cet après midi en conférence de presse pour annoncer les derniers chiffres des parrainages récoltés par le NPA. La barre des 500 parrainages étant dépassé, le candidat anticapitaliste devrait être présent pour le premier tour des présidentielles.

Un grand soulagement qui suit une campagne acharnée

Tous les médias sont présents pour cette dernière conférence de presse avant l’annonce officielle des candidats à l’élection présidentielle 2017 par Laurent Fabius, samedi 18 mars à 11h30. Philippe Poutou l’annonce : «  Nous avons 523 parrainages qui sont arrivés au Conseil Constitutionnel, dont 11 au dernier moment par un coursier agréé par l’Etat  ». Le candidat décrit un grand soulagement dans son parti qui s’est démené ses dernières semaines pour dépasser ce mur antidémocratique que sont les parrainages. De plus, au delà des 523, le candidat compte sur quelques signatures « spontanées » de maires qui n’auraient pas prévenu le parti. Etant donné que la moyenne d’invalidation des formulaires est d’à peu près 1%, l’ouvrier de Ford Blanquefort devrait donc être présent dès lundi dans le « grand banquet des présidentielles ».

Une présence incertaine jusqu’au dernier moment

Les parrainages ont été très durs à obtenir, tant les règles se sont durcies, et tant la politique des grands partis dégoute la population. Mais grâce à tous les militants qui sont partis sur les routes, parfois pendant des semaines entières, le candidat pourra participer, «  pour contester le système capitaliste, pour dire qu’il faut qu’on arrête de baisser la tête  ». Avant le début de la campagne, lundi, les militants ont tout de même prévu de fêter cette première victoire face à une « démocratie » dont les verrous sont plus que durs à ouvrir. Mais, comme le soulignait Philippe Poutou, « notre candidature tranche avec leurs mœurs corrompues ; nous devons reprendre nos affaires en main ! Plus les scandales tombent, plus le temps passe, plus on est motivé pour cette campagne  ».

Deux départs de campagne : la marche du 19 mars et la grève chez Ford le 20 mars

Evidemment, cette porte ouverte donne au NPA un bol d’air pour envisager la suite. Dès dimanche, les militants ont prévu de se rassembler et de défiler durant la Marche pour la Justice et la Dignité, de Nation à Bastille : Philippe Poutou l’a rappelé, un des piliers de la campagne sera le combat contre « les préjugés réactionnaires : le sexisme, l’homophobie et tous les racismes ». La marche du 19 mars, à laquelle le NPA a appelé à manifester massivement, sera donc un premier coup d’épée contre le FN et les Républicains qui fond du racisme leur fond de commerce.

Le deuxième coup de lancement sera lundi, à Ford Blanquefort, dans l’usine de P. Poutou : «  il y aura une grève dans l’usine où je bosse, parce que dans deux ans, si cela continue comme ça, on a plus de boulot ». Une mobilisation qui va exactement dans le sens de ce que défendent les anticapitalistes à ces élections : « on ne veut pas d’un programme qui donne des promesses dans le vent ; on veut un programme qui prépare les prochaines luttes ». Et évidemment, les questions des licenciements et de la précarité sont au cœur des préoccupations de l’héritier d’Olivier Besancenot. C’est donc une nouvelle campagne qui commence, une « campagne politique ».




Mots-clés

#Poutou2017   /    Philippe Poutou   /    Présidentielles 2017   /    Politique