^

Notre classe

Répression contre un militant CGT

PSA Valenciennes. Insulté et bousculé par son chef, un ouvrier sur le banc des accusés

La répression contre les travailleurs de PSA est de plus en plus forte et s'abat notamment à l'encontre des militants syndicaux combatifs, comme le démontre une nouvelle fois la convocation scandaleuse à un entretien disciplinaire de Samuel, ouvrier à PSA Valenciennes et syndiqué CGT. Nous relayons ci-dessous le tract de la CGT PSA Valenciennes, qui appelle les ouvriers à débrayer et à se rassembler en soutien à leur camarade ce mardi.

Samuel, bousculé, insulté par un R.U, et c’est lui qui passe à la barre !

L’affaire a commencé en Février, Sam, ouvrier aux manchons BE (membre CGT) revient de pause avec ses collègues.

C’est sans compter sur le R.U de maintenance qui l’interpelle et finit par l’insulter et le bousculer sous les yeux de ses collègues qui en sont restés bouche bée devant le comportement hystérique de ce hiérarchique.

Devant ces actes, Sam a préféré se rendre à l’infirmerie.
La CGT a déposé dans la foulée une procédure de « danger grave et imminent » qui a fait l’objet d’une réunion de CHSCT extraordinaire.

Devant la gravité des faits, le médecin de SAM l’a mis en accident de travail pour une durée de 14 jours. Il a ensuite déposé une plainte au commissariat.

Qu’a fait la direction ? RIEN !!

Pire, pendant la réunion de CHSCT, la direction a fait preuve d’une mauvaise foi à toute épreuve en contestant la notion de danger grave et imminent.
Malgré les témoignages dans le sens des déclarations de la victime, la direction fait toujours comme si il ne s’était rien passé.

2 Poids 2 Mesures ?

On s’en souvient tous, l’année dernière nos deux camarades Lionel et Jo avaient fait l’objet d’une procédure de licenciement pour des faits bénins.
A l’époque la direction avait dû répondre de la même façon à un droit d’alerte déposé par la CGC.

Là, la direction n’a pas fait la sourde oreille comme pour Sam, au contraire, elle a immédiatement procédé à une mise à pied conservatoire et une demande de licenciement dans la foulée ! Tout cela sans avoir écouté la version des 2 ouvriers !

Lorsqu’un responsable d’unité est interpellé par deux représentants syndicaux pour une explication dans son bureau, il est inscrit sur le registre de l’infirmerie : « dit avoir été agressé verbalement par trois collaborateurs »

Lorsque Sam dit au médecin qu’un RU l’a insulté et bousculé devant témoins ; il est noté sur le registre « débordement émotionnel suite à une remarque d’un hiérarchique concernant une pause cigarette ». Cherchez l’erreur !

La CGT a également rappelé à la direction que ce RU délégué CFTC a déjà fait l’objet de plusieurs signalements par courriers de comportements inacceptables et cela depuis 2011.
Eléments que la direction n’a pas indiqués au PV de réunion de CHSCT pour essayer d’étouffer encore un peu plus l’affaire.

Que ce serait-il passé si dans le cas contraire, un ouvrier aurait bousculé et insulté un RU ?

En réponse au courrier de Samuel demandant à la direction de donner suite à cette affaire, la réponse ne s’est pas fait attendre :
Sam est convoqué à la barre le 11 avril !

Combien d’ouvriers sanctionnés pour des motifs futiles : bouchons d’oreilles, pièces mauvaises, mauvais renseignements des PHA etc… ??

Et là, un RU bouscule et insulte et c’est la victime qui est convoquée !

La CGT appelle les salariés à cesser le travail pour accompagner Sam à sa convocation disciplinaire et pour exiger de la direction la fin de sa politique de répression et de sanctions impactant sur les conditions de travail.

Rdv Mardi 11 avril à 10 h devant le bâtiment technique. (À côté de l’infirmerie)

Car le prochain, ça sera peut-être toi !




Mots-clés

Valenciennes   /    PSA   /    Automobile   /    Notre classe