^

Monde

Carnet de guerre

Palestine. Détour par Hébron, la ville Apartheid

Nul ne peut visiter la ville d’Hébron sans en ressortir bouleversé par la colonisation particulièrement violente et par les provocations insoutenables que subissent quotidiennement les Palestinien et Palestiniennes..

Lamia Myia, correspondance de Hébron

En effet, alors qu’en général les colons de Cisjordanie vivent isolés, à Hébron, les colons se sont installés en plein cœur de la ville, venant chasser les Palestinien.ne.s de leurs terres. La plupart de ces colons viennent de pays occidentaux avec le projet politique de coloniser par la force la Palestine. Les Palestinien.ne.s vivant à Hébron se retrouvent donc dans l’obligation de vivre avec ces « voisins » venus d’ailleurs qui leur font subir toutes sortes d’humiliations. Pour pouvoir mener à bien leur projet, les colons sont « protégés » par une armée d’occupation présente partout à Hébron. Les multiples check-points militaires qui empêchent les Palestinien(ne)s de circuler librement sur leurs terres en témoignent.

En [2015 j’écrivais un article sur mon ami Hashem et sa femme Nisreen-http://www.revolutionpermanente.fr/Retour-de-Palestine-1-Hebron-et-l-occupation-au-quotidien] qui vivent à Hébron, dans le quartier de Tel Rumeida avec leurs enfants. Depuis l’arrivée des colons, leur vie est devenue un enfer. En effet, les colons ont tenté par tous les moyens de les faire fuir, d’abord en empoissonnant leur terre, puis en leur proposant de l’argent pour partir. L’armée a tabassé à plusieurs reprises Nisreen lorsqu’elle était enceinte. Les soldats l’ont frappé jusqu’à lui faire perdre son enfant. Hashem et Nisreen ont toujours refusé de quitter leur maison, ils sont restés pour résister ! Hashem a été tué en octobre 2015 par l’armée d’occupation.

A Hébron, on peut aussi observer des rues entières interdites aux Palestinien.ne.s, et des barbelés que les Palestinien.ne.s ont installé pour se protéger des attaques des colons. Certaines ONG présentes sur place escortent les enfants palestiniens à l’école pour éviter qu’ils ne soient attaqués. On peut également lire sur une école palestinienne ce tag qui glace le sang : « gas the Arabs », l’anglais pour « gaze les Arabes ». Voilà le quotidien des Palestinien.ne.s d’Hébron.




Mots-clés

Israël   /    Racisme   /    Palestine   /    Monde