^

Culture et Sport

Poème

« Par la trique et la matraque »

Nous publions ci-dessous un premier poème de Yan Harsenton.

Crédits photo : Skunkdog, Anna and the robot, vu sur DeepThroat

Par la trique et la matraque

C’est par la trique et la matraque,
la mise en bière, la mise à sac,
qu’ainsi font, font et règnent
les hommes d’avoirs et de pouvoirs.
Sous la devise « Qu’importe qu’advienne,
mais qu’on jouisse ce soir ! »,
ils jettent la Vie dans les brasiers
de leurs coûteuses et terrifiantes joies,
toujours nourries, jamais rassasiées,
dans un impeccable jeu de lois
pour petits princes tout-puissants,
capricieux et courroucés,
tissant le tapis rouge sang
de l’Histoire en marche forcée.

C’est par la trique et la matraque
la mise en bière, la mise à sac,
qu’ainsi se deviennent,
petites vies dans l’entonnoir,
gens de rien et faire-valoir,
les masses jetées dans l’arène
qui n’ont plus que des ruines
et des haillons d’espoirs,
des promesses de famines
pour nourrir leurs mémoires,
et qui vont et qui meurent
en chairs séculaires à canons,
armées d’exemplaires travailleurs,
par tranchées, usines ou prisons.

Par la trique et la matraque
la mise en bière, la mise à sac,
l’Histoire oubliera bien sûr
tous les peuples par elle trépassés,
ses putains de luxe, ses esclaves racés,
et toutes les foules fusillées à ses murs,
car ainsi font et règnent
les hommes d’avoirs et de pouvoirs,
et les masses jetées dans l’arène,
à qui ne reste... que le Grand Soir !




Mots-clés

Poésie   /    Culture et Sport