^

Politique

#2017PoutouDoitEnÊtre

Parrainages. Philippe Poutou : "On lance un appel à Hamon et au PCF pour qu’ils sortent du verrouillage".

Guillaume Vadot Le candidat anticapitaliste tenait une conférence de presse ce vendredi en début d'après-midi. L'occasion de dénoncer le verrouillage qu'il subit concernant les parrainages, malgré l'effort fourni par les militants. "Des centaines sont sur les routes" disait Philippe Poutou, ajoutant que lui faisait "beaucoup de boulot au téléphone". Pour un résultat qui le maintient dans la course de justesse, et l'amène à tirer la sonnette d'alarme : "On a 245 parrainages validés par le Conseil constitutionnel, et entre 340 et 350 au total en comptant ceux qui vont arriver".

"Pourquoi la seule candidature ouvrière serait effacée du paysage politique ?"

C’est la question posée ouvertement par Philippe Poutou tout à l’heure, au lendemain d’une nouvelle journée de greve contre les menaces de fermeture sur son usine Ford de Blanquefort. La situation est en effet particulièrement choquante, quand on voit l’échos que rencontre la campagne sur le terrain, auprès de milliers de salariés, de jeunes, auprès des classes populaires, comme en a encore témoigné le meeting de mardi dernier à l’université Paris 8. Quand on voit, aussi, que des hurluberlus d’extrême droite sans aucun ancrage dans la société, Comme Asselineau ou Cheminade, sont ou seront très probablement qualifiés.

"C’est la population qu’il faudrait consulter"

La situation particulièrement anti-démocratique subie par le candidat anticapitaliste est en fait, a-t-il expliqué, le résultat d’un système pensé pour faire office de tamis contre ses idées et son profil. Faire parrainer les maires (et 500) c’est permettre de faire jouer toutes les pressions institutionnelles. "On se demandait ce qu’allait donnait le système de publication en temps réel par le conseil constitutionnel mis en place cette année. Hé bien on est fixé. Est encore plus de pression sur les maires, et chacun qui attend le dernier moment. En plus, la mise à jour n’a pas été faite correctement spécifiquement pour mes parrainages vendredi dernier, un scandale qui a impacté négativement des maires qui pourraient nous soutenir et qui ont eu l’impression qu’on n’était pas crédibles". Philippe Poutou a une proposition simple : "c’est la population qu’il faudrait consulter. Ca nous permettrait en plus de commencer ma campagne politique, plutôt que de devoir dépenser des forces sur les routes".

"Le PCF, Hamon et le Parti socialiste doivent arrêter de verrouiller les choses"

L’ouvrier anticapitaliste à profité de sa conférence de presse pour lancer "un appel aux deux grands candidats de la gauche et au Parti socialiste" après avoir appris que des consignes avaient été passées pour concentrer le plus de parrainage possible dans leurs mains. Benoit Hamon en concentre en effet déjà plus de 1300, sans compter ceux que Hollande aurait mis de côté, les 2100 de Fillon, 1300 pour Macron, ou encore les centaines prises par Juppé et Baroin. "Les candidats de gauche, qui se prononcent pour plus de démocratie et l’instauration de la proportionnelle, ont aujourdhui une attitude contradictoire avec leurs propres promesse en participant du verrou posé par le système", a dénoncé Philippe Poutou, expliquant que les "accords en vue des législatives" pesaient aussi certainement.

"On a rencontré 10 000 maires depuis le mois de juin"

L’ambiance au local du NPA tout à l’heure était en effet au sprint pour la dernière ligne droite. "Il nous reste 8 jours et un gros travail, concluait Philippe Poutou. On fait aussi les frais de la colère légitime des maires des petites communes, qui souvent refusent de donner tout parrainage par écœurement, sans se rendre compte que c’est aux petits que ca nuit. On s’affronte à la perversité de ce système, et on continuera".




Mots-clés

#Poutou2017   /    Philippe Poutou   /    Présidentielles 2017   /    NPA   /    Politique