^

Société

Hollande-Macron, continuité absolue

Pas encore en place et déjà des interdictions de manifester

En cette fin de campagne présidentielle au taux d’abstention record, plus de soixante militant-e-s se sont vus recevoir de la part de la police des interdictions de manifester pour le « troisième tour social » du 8 mai.

Le gouvernement Hollande, droit dans ses bottes pour contrer la grogne sociale qu’a provoquée ses lois anti-sociales, fait donc le boulot jusqu’au bout, pour tenter de réprimer toute voix dissidente. Avant même la passation de pouvoir au futur exécutif, une chose est sûre : il y aura une parfaite continuité par rapport à l’autoritarisme dont la bourgeoisie aura besoin pour faire passer son plan de casse sociale, n’hésitant pas à criminaliser les militants pour mieux les réprimer.

Les arrêtés sont assez illustratifs de cet état d’esprit. Voilà celui qui a été reçu par un camarade de la direction du NPA : « Considérant que M. ***** , militant actif de l’ultra gauche, a participé à de nombreuses reprises aux manifestations contre, notamment, les violences policières et le projet de réforme du code du travail, que ces manifestations ont dégénéré en troubles graves à l’ordre public, et notamment des affrontements violents avec les forces de l’ordre ; que des groupes d’individus masqués et portant des casques sont systématiquement à l’origine de ces désordres ; qu’il y a dès lors lieu de penser que M. ***** répondra à l’appel de la mouvance contestataire radicale pour participer aux actions violentes annoncées ; que compte tenu de ces éléments, il y a lieu d’interdire sa présence dans les lieux où devraient se tenir ces violences... »

_




Mots-clés

Manifestation   /    Présidentielles 2017   /    Etat d’urgence   /    Répression   /    Société