^

Politique

Affaire Fillon

Pénélope Gate : Publihebdos dit ne pas pouvoir fournir des preuves sur ses emplois fictifs

Quand la justice demande aux journaux de passer en revue leurs archives afin de trouver des traces attestant de la présence de Pénélope Fillon sur le terrain... Et que ceux-ci déclarent être dans l’incapacité de fournir les preuves.

Pénélope Fillon, ainsi que deux de ses enfants sont soupçonnés d’avoir profité d’emplois fictifs, rémunérés par les fonds publics, à l’Assemblée Nationale entre 1986 et 2013.

Alors que Mme Fillon a été mise en examen le 28 mars dernier pour « complicité de recel de détournement de fonds publics », « complicité et recel d’abus de biens sociaux » et « recel d’escroquerie aggravée », la justice cherche à établir des preuves dans l’affaire de ses présumés emplois fictifs.

Pour ce faire, le Juge Serge Tournaire a fait appel au groupe de presse Publihebdos, afin de retrouver des traces de l’occupation de son poste par Pénélope Fillon. Le groupe en question, composé notamment de L’Action Républicaine,Le Perche,Les Nouvelles de Sablé,L’Orne Hebdo et Le Petit Courrier-L’Echo de la Vallée du Loir, s’agissant de la Sarthe, a été contacté par le pôle financier de Paris afin d’obtenir des archives qui prouveraient l’occupation de son poste, par la femme de Monsieur Fillon, dans l’affaire des présumés emplois fictifs.

La réponse de Publihebdos est sans équivoque : le groupe n’a pas les moyens humains ni financiers nécessaires pour s’atteler à effectuer une tâche aussi colossale. Il s’agirait d’un travail faramineux que d’éplucher les centaines de milliers de pages – toutes n’étant, de plus, pas numérisé – , de nombreux journaux publiés dans cette période de 18 ans. Le groupe de presse précise toutefois que sa collection d’archives est tenue à disposition de la justice, et est par ailleurs publique, disponible auprès de la Bibliothèque Nationale de France (BNF).




Mots-clés

#PénélopeGate   /    François Fillon   /    Les Républicains   /    Politique