^

Politique

Chasse aux DRH

Philippe Poutou : « Ce ne sont pas les manifestants qu’il faut mettre en garde-à-vue mais bien les licencieurs et les exploiteurs »

Philippe Poutou, porte parole du NPA, s'est exprimé suite à l'arrestation de 41 personnes lors de "la chasse aux DRH". Nous relayons son post sur Facebook ci-dessous.

Salut à toutes et tous,

Comme c’est révélateur de voir ou d’entendre dans les médias des chroniqueurs, des journalistes, d’autres encore s’indigner de la "chasse aux DRH" organisée ce jour par des militant(e)s à l’occasion d’un congrès patronal à Paris, avec des DRH de grosses entreprises, avec invitation de la ministre du travail, tout ça dans un hôtel Michelin 3 étoiles, à 2500 euros par personne.

En fait, il y a de quoi s’énerver et dénoncer ce milieu patronal, exploiteur, licencieur, destructeur des droits des salariés, provoquant chômage et pauvreté pour des millions de gens.

Pourtant c’est tout autre chose qui choque dans les médias. On nous parle de d’extrémisme des gauchistes, de violence grave, de terrorisme même. Bon c’est vrai, cette initiative humoristique a été marquée par quelques voitures brûlées (ce qui est certainement regrettable) et c’est ce qui permet de montrer des images de "violences" pour invalider la manifestation. Pourtant, c’est plutôt marrant, c’est même plutôt bien et utile de contester les travers d’une société, aussi de cette manière humoristique ou ironique.

La colère contre ce système existe, elle est même complètement justifiable et légitime. Et il est vital qu’elle puisse s’exprimer. Ça commence par répondre au mépris social des patrons et des gouvernements à leur service, à ne pas se laisser faire, se laisser écraser par les logiques financières.

Il faut le dire, la violence est d’abord là dans l’arrogance des possédants, dans les propos de Macron, Wauquiez, de Gattaz, de tant d’autres. Elle est dans la politique des patrons de GE/Alstom, de Lidl, de Free et de tant d’autres, dans les plans de licenciements, dans l’intensification du travail.
Les réactions outrées entendues dans les médias sont intéressantes. Ce sont celles des privilégiés qui défendent par égoïsme un système injuste et oppresseur, qui protègent leurs avantages, leurs positions, leurs statuts. Ces gens là ont peur de la colère, de la révolte possible des exploités, des sans-rien, des fainéants. Aussi c’est gens là ne comprennent pas ce qui se passe, ils ignorent ce qu’est la vie de millions de personnes précarisées, ils semblent même se moquer des conséquences d’un capitalisme destructeur, d’un système qui détourne les richesses collectives dans les mains d’une poignée de gens.

Alors ce ne sont pas les manifestants qu’il faut mettre en garde à vue ou stigmatiser mais bien les licencieurs et les exploiteurs responsables de la misère. Oui les DRH méritent bien d’être dénoncer pour ce qu’ils font, tout cela mérite bien encore quelques parties de chasse.

Philippe




Mots-clés

Loi travail 2   /    Muriel Penicaud   /    Philippe Poutou   /    Politique