^

Notre classe

Quand la bourgeoisie s’inquiète du soutien aux grèves

Podcast. Anasse sur RMC : « En 1995 en plein blocage du pays, 70% soutenaient les cheminots »

Anasse Kazib, cheminot délégué SUD Rail, était ce matin au micro de RMC face à Apolline de Malherbe, dans l’émission Bourdin Direct. Alors que les sondages dévoilent un soutien chaque fois plus large à la grève des cheminots, Anasse a rappelé en quoi la bataille du rail était une bataille de l’ensemble des travailleurs.

Anasse a commencé par dénoncer les combines de la SNCF pour tenter de démobiliser les grévistes : « Ceux à qui on veut proposer des primes aujourd’hui c’est les cadres, c’est leur filer 150€ pour faire le travail qu’on fait chaque jour, je trouve ça scandaleux et c’est une attaque frontale à la mobilisation des cadres le 22 mars, il y avait entre 30 et 50% dans certains secteurs de cadres mobilisés. »

Puis, à la question de savoir si les cheminots risquent de perdre le soutien de la population par ce que la journaliste appelle une « grève d’usure », Anasse répond en citant l’exemple de 1995 : « En 1995 il y avait les mêmes sondages d’opinion et avant les grève 80% des français ne soutenaient pas la grève des cheminots. Après 10 jours de grève reconductible, donc 10 jours de blocage du pays, il y avait des sondages à 70% en faveur des cheminots. Les français dans leur ensemble, les usagers qui prennent le train chaque jour, ce sont des travailleurs comme nous. Ils savent très bien que lorsqu’il y a un blocage des cheminots, c’est aussi une digue pour eux. Ils savent qu’après 1995 c’est les 35 heures qui ont été obtenues, ils savent qu’après 1995 il y a eu 8 ans d’accalmie avant les premières réformes de François Fillon ».

Quand Apolline de Malherbe rétorque qu’entre-temps Macron a été élu, Anasse rappelle son impopularité chez les travailleurs : « La légitimité de Macron, c’est lui seul qui peut le dire, nous celle qu’on voit c’est qu’il y a des Carrefour qui sont massivement en grève, c’est qu’il y a une grève dans l’aérien le 3, c’est qu’il y a une grève chez les cheminots à partir du 3, il y a les éboueurs… il faut qu’il sente cette colère-là, et il est déconnecté. C’est Jupiter qui est au-dessus de la mêlée, qui le 12 va aller devant les caméras des médias signer les ordonnances comme si de rien n’était, et ça les usagers le savent. »

Anasse conclue en insistant sur le soutien chaque fois plus large à la grève des cheminots, démontré par les derniers sondages et la tendance #JeSoutiensLaGreveDesCheminots, devenue Trending Topic sur Twitter les dernières 24 heures : « Les amis ce qu’ils nous disent, c’est ‘ra c’est chiant les cheminots quand vous faites grève parce qu’on n’arrive pas à prendre le train, mais si vous vous tombez, on est foutus’. C’est ça la réalité, ils savent très bien que les cheminots c’est une digue, et que s’ils tombent avec cette réforme, derrière c’est eux qui tomberont… (…) nous c’est pour ça qu’on va se battre, on dit que ‘si vous n’avez pas de train aujourd’hui, c’est pour en avoir demain’, c’est ça le sens de cette grève-là ».

Manifestation à Paris ce mardi 3 avril, RDV 13h30 à la Gare de l’Est, en direction de Saint-Lazare.

▸ Pour ne manquer aucune de nos vidéos, abonnez-vous à notre chaîne YouTube




Mots-clés

Cheminot-e-s   /    Vidéo   /    Grève   /    SNCF   /    Notre classe