^

Politique

Une grève qui démarre fort

Point à la mi-journée : Début de grève massif des cheminots, trafic quasi-paralysé dans toute la France

Malgré les diverses manœuvres du gouvernement et de la direction de la SNCF pour casser la grève des cheminots, le taux de gréviste ce mardi matin est sans précédent et les perturbations au rendez-vous ! De nombreux trains annulés, le trafic quasi paralysé, le parfum d'un début de grève dur à l’horizon.

La direction de la SNCF et le gouvernement avaient tout tenté pour casser la grève des cheminots et limiter les effets de celle-ci. Un pari raté pour cette première journée de grève qui démarre fort, marquée par un taux de gréviste conséquent, 48% de cheminots déclarés gréviste – un taux sans précédent chez les cheminots pour un premier jour de grève - et un trafic très perturbé, avec de nombreux trains annulés. Sur les grandes lignes, seuls 12% des TGV et 13% des Intercités circulent ce mardi ! En région, une liaison TER sur cinq est assurée, 6% de trains et 24% de cars. En Ile-de-France le trafic des lignes RER est également fortement perturbé, seulement un RER A sur deux circule, en ce qui concerne les autres lignes, seul 14 à 30% du trafic est maintenu. Dans leur propagande pour essayer de retourner l’opinion publique, tous les médias parlent de « mardi noir », et les images montrent des quais de gare bondés. S’exprime ici la volonté du gouvernement, bien aidé par les médias pour essayer de casser du sucre sur le dos des cheminots, derrière eux l’ensemble du monde du travail et la jeunesse. Ce qu’il fustige en réalité, c’est la capacité que les cheminots ont de bloquer l’économie et qui permet dés lors d’instaurer un rapport de force sérieux et conséquent à l’égard du gouvernement qui n’est aujourd’hui pas prêt de reculer sur cette réforme ferroviaire. Elisabeth Borne affirmait en effet ce matin encore que le « gouvernement tiendra bon ».

La grève massive des cheminots ce mardi montre que les manœuvres mises en place par la direction de la SNCF et le gouvernement pour casser la grève des cheminots n’étaient pas à la hauteur de la colère qui s’exprime aujourd’hui. L’opération de débauchage des cadres pour casser la grève a en effet été un échec cuisant ! Nombre d’entre eux se sont mis en grève aujourd’hui, seulement 125 cadres ont accepté de travailler et de remplacer les grévistes, et ce malgré les pressions qu’ils subissaient ainsi que la prime de 150 que la SNCF leur proposait ! Les alternatives mises en place pour limiter les effets de la grève, notamment la mise en place de la gratuité des covoiturages, par la filiale de covoiturage de la SNCD iDVROOM ainsi que par la région Ile-de-France, ont également montré leurs limites puisque le trafic sur les routes en direction d’Ile de France était également fortement perturbé ce matin, avec des plus de 400 kilomètres de bouchons ce matin, un « niveau exceptionnel » selon Sytadin, site d’information routière.

Cette première journée de grève à la SNCF démarre donc fort et s’annonce bien suivi ! Parmi les autres secteurs qui se joignaient aux cheminots, les étudiants sont eux aussi fortement mobilisés ce matin, avec des dizaines de facs bloqués ainsi que des lycées ! Une convergence cheminots étudiants qui, avec la jonction également de la fonction publique, des éboueurs, des travailleurs de l’Energie, de Carrefour, d’Air France, peut être explosive et déterminante dans le bras de fer dur qui s’ouvre entre le gouvernement et les cheminots.

© M.ASTAR/SIPA




Mots-clés

Cheminot-e-s   /    SNCF   /    Politique