^

Politique

Grogne au démarrage

Poitiers. Dépôt de bus bloqué, blocus du Lycée Victor Hugo

Alors que la manifestation pictavienne n’est prévue qu’à partir de 15h, la grogne a commencé tôt, ce matin, sur Poitiers, avec une paralysie complète des transports et un gros blocus du Lycée Victor Hugo.

Pas un bus dans l’agglomération

Dès 5h30, ce matin, le dépôt de bus Vitalis de Poitiers était bloqué par des grévistes de Solidaires. Autour du piquet, des chasubles de la CGT, mais également de la CFDT, opposée à la Loi Travail mais qui ne s’est pas solidarisée du blocage du dépôt. En milieu de matinée, quatre bus circulaient dans la ville, mais les grévistes ont bien entendu laissé sortir les mini-bus pour personnes à mobilité réduite. Résultat des piquets, qui ne seront levés qu’à 15h, 100% d’efficacité de la grève !

Blocus lycéen en centre-ville

Peu de temps après, c’est le blocus du Lycée Victor Hugo qui a commencé, avec 300 jeunes qui ont bloqué l’accès de l’établissement situé à deux pas de la mairie. Les flics étaient bien présents, mais le blocus a tenu, sans s’étendre pour autant aux autres établissements de la ville. Mais ce n’est pas parce que la rentrée vient à peine de commencer que la jeunesse n’est pas réceptive à la mobilisation comme le montrent d’autres blocus qui ont été organisés, mardi, dans la matinée à Paris, à Manosque, à Saint-Brieuc ou à Caen.

1000 manifestants à Châtellerault en milieu de matinée

Un début de journée qui laisse entrevoir une belle manifestation, cette après-midi, dans les rues du centre de Poitiers, alors que plus tôt dans la matinée, à Châtellerault, c’est un millier de manifestants qui ont défilé dans les rues de la sous-préfecture de la Vienne à l’appel de la CGT, de Solidaires, de la CNt et de l’Unef, autant que pendant les grosses manifestations contre la loi Travail de 2016.

[Crédit photo LNRC]




Mots-clés

Solidaires   /    Loi travail 2   /    CFDT   /    Poitiers   /    Grève   /    CGT   /    Lycées   /    Politique