^

Politique

Après la loi Travail...

Pot de départ de El Khomri : « Vous croyez qu’on va venir échanger des banalités avec M. Macron ou M. Gattaz ? »

Mardi dernier, Myriam El Khomri invitait divers syndicats comme la CGT, FO, SUD ou encore la CFDT pour son pot de départ du poste de ministre du Travail. Certains ont accepté l’invitation, d’autre l’ont refusée sèchement. Un rendez-vous éminemment politique.

La CFDT reste sur sa ligne, FO se couche !

L’invitation de syndicats par la ministre responsable d’une grande partie des attaques contre le monde du travail n’a pas semblé absurde à tous : sans grand étonnement, la CFDT de Laurent Berger, maître d’œuvre de la négociation et de l’accompagnement pour imposer en force la loi Travail, a évidemment accepté l’invitation, accompagnée par la CFTC. Plus étonnant par contre, FO, la centrale dirigée par Jean-Claude Mailly, aurait accepté de se joindre au pot de départ, signe que le syndicat « contestataire » semble bien plus ouvert à négocier, se distinguant ainsi de la CGT. Un pot de départ où se trouvaient notamment le grand patronat, le MEDEF et Macron.

« Vous croyez qu’on va venir échanger des banalités avec M. Macron ou M. Gattaz ? », répond SUD

Le syndicat SUD a refusé l’invitation, réalisant même une courte vidéo pour dénoncer cette démarche grossière de la part de l’ancienne ministre du Travail. « On n’oublie pas la loi Travail, on n’oublie pas les mesures antisociales de ce gouvernement », explique le syndicat avant d’afficher un tract « Tout le monde déteste la loi Travail ». De son côté, la CGT ne s’est pas non plus rendue à l’invitation. Pourtant, loin d’affirmer, comme l’a fait SUD, son « étonnement », notamment après avoir bataillé pendant plus de 4 mois contre cette loi Travail, sa répression et ses 49.3, la direction de la CGT a annoncé ne pas pouvoir s’y rendre car son président n’est pas disponible. Une diplomatie qui interpelle.

La bataille contre Macron et sa loi Travail 2

Comme annoncé, le mandat de Macron va servir à déployer toute une nouvelle série d’attaques contre les travailleurs, de nouvelles lois visant à accentuer la loi Travail en étendant les domaines dans lesquels les accords d’entreprise seront possibles. Dès lors, il s’agit pour les organisations syndicales de tirer les leçons de la mobilisation contre la loi Travail pour construire. Construire le tous ensemble s’avère plus que jamais une nécessité, notamment au travers d’un programme hégémonique à même d’unifier notre classe. Plus que jamais, il s’agit de préparer les combats de demain contre un gouvernement qui n’hésitera pas à accélérer son tournant autoritaire et liberticide et à user des armes les plus anti-démocratiques de la Ve République, à savoir les ordonnances et cela dès cet été.

crédit photo : François Guillot /AFP




Mots-clés

EL Khomri   /    loi travail   /    Politique