^

Politique

Propagande

Pour BFM-TV, la météo explique le « faible nombre de gilets jaunes »

Qu'il s'agisse de la météo ou de fausses informations, décideément, tout est bon pour BFM pour enterrer les gilets jaunes.

Crédits photos : © MaxPPP / Sebastien JARRY

On aurait pensé aux barrages policiers aux péages, aux contrôles systématiques, à la répression féroce, à la désinformation des médias aux intimidations du gouvernement, etc., mais, pour BFM, l’un des principaux problèmes, c’est bien... la météo.

« Cette journée de mobilisation survient alors que Météo France a placé tout le nord de la France en vigilance jaune neige et verglas, peut-on lire sur leur site, six départements sont, eux, placés en vigilance orange : l’Eure, l’Eure-et-Loir, le Loir-et-Cher, l’Orne, la Sarthe et la Seine-Maritime. » Pour BFM pour expliquer la cause d’un « faiblissement » de la mobilisation pour mieux en décréter la fin, le problème ce n’est évidemment, ni les entraves aux droits de manifester, ni les contrôles et fouilles systématiques, ni la répression ; le problème n’est pas non plus celui des cortèges nassés. Non, pour BFM, les principaux facteurs ne sont ni politique ou sécuritaire, il est... météorologique.

« Au-delà de la possible réticence face au froid de certains manifestants, poursuit BFM, plusieurs routes étaient fermées ce matin, à cause des gelées, ce qui a pu entraver la possibilité de manifester de certains gilets jaunes. Le pont de Montsoreau (Maine-et-Loire) était fermé ce matin, et la préfecture de Seine-Maritime annonçait en fin de matinée "3 accidents sur A29 : coupure d’axe entre Fécamp (8) et Bolbec (7) + 2 accidents sur pont de Normandie. » Le journal se gardant bien de mentionner les manifestants bloqués aux péages par la police – et pas à cause du froid.

Enfin, il faut le leur reconnaître, BFM, pour justifier son récit de la fin des gilets jaunes, évoque, parmi d’autre raisons, les annonces faites par Macron, bien entendu, qui auraient convaincu les « gentils » gilets jaunes – mais pas les « méchants » casseurs qui eux ont soif de piller – ; la « lassitude » des manifestants – pendant que la police, elle ne se lasse pas de réprimer – ; ou encore la « peur de la radicalisation » de la part des manifestants – alors que si les manifestants se radicalisent, c’est bien le gouvernement, qui déploie des moyens toujours plus importants pour réprimer et empêcher de manifester.

Qu’il s’agisse de la météo ou de fausses informations, décidément, tout est bon pour BFM pour enterrer les gilets jaunes.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Politique