^

Politique

Récupération politique

Pour Goldman-Sachs, la victoire "des Bleus" aiderait "à réduire l’opposition actuelle aux réformes"

Depuis la victoire en finale de la Coupe du Monde, ce dimanche 15 Juillet, il est évident qu’Emmanuel Macron cherche à redorer son blason comme l’avait fait Jacques Chirac en 1998. Les profits politiques de la victoire des Bleus ont aussi été identifiés par les banquiers de Goldman-Sachs.

Depuis le soir de la finale de la Coupe du Monde, où Emmanuel Macron est apparu très enthousiaste (sans doute un peu trop...), le président essaie d’associer son image à celle de l’équipe de France. On se souviendra en particulier des images du discours qu’il a donné dans les vestiaires juste après la victoire face à la Croatie ou bien de la réception des joueurs à l’Elysée.

Cependant, force est de constater que cet acharnement ne semble pas encore payer. En effet, la côte de popularité du Président ne remonte pas et la distraction de la Coupe du Monde s’est vite dissipée avec l’arrivée de l’affaire Benalla. Ainsi, malgré la victoire des Bleus, il apparaît que 61 % des français pensent toujours que macron n’est pas un bon président. Pire, Macron a également perdu 2 points dans les sondages, tombant au plus bas depuis son élection.

Cela pourrait sembler être en contradiction avec une analyse faite par les banquiers de Goldman-Sachs avant la coupe du monde. Utilisant des techniques d’intelligence artificielle, ils avaient prédit une victoire du Brésil face à l’Allemagne. La France aurait dû se faire éliminer en demi-finale par le Brésil… Mais le scénario d’une victoire de l’équipe de France à été envisagé.

Tout d’abord, l’euphorie provoquée par une victoire de l’équipe de France pourrait, selon Goldman-Sachs, augmenter la consommation des ménages. Cependant, pour eux, l’intérêt principal d’une victoire serait la capacité renouvelée de Macron à mener les réformes en affaiblissant l’opposition :
« A notre avis, il est essentiel que la France poursuive l’agenda réformiste débuté sous la présidence de Macron. Il est possible qu’un exploit de l’équipe de France participe à réduire l’opposition actuelle aux réformes en augmentant la cohésion sociale derrière ‘les Bleus’ ».

En effet, depuis la victoire, l’accent à été mis sur l’unité nationale derrière l’équipe de France. On ne compte pas les « vive la France » ou « vive la république » depuis Dimanche. Ce renfort de cohésion nationale a pour objectif de réduire artificiellement les antagonismes entre le patronat et l’ensemble des travailleurs.

Il faut bien voir que Goldman-Sachs n’est pas tant fan de football que des profits potentiels réalisables en France. C’est dans cette optique qu’ils supportent Emmanuel Macron et ses réformes ainsi que l’équipe de France. Ainsi l’ensemble du document de 49 pages regorge de comparaisons plus ou moins douteuses entre la situation économique des différents pays participant à la coupe du monde et la situation de leur équipe nationale. Une analyse qui ne vise qu’à une chose : Planifier une récupération politique prolifique sur le terrain économique.

Crédits photos : (Reuters)




Mots-clés

Coupe du Monde 2018   /    Banques   /    Emmanuel Macron   /    Politique