^

Société

Tribune libre

Pour Macron l’antisionisme est « la forme réinventé de l’antisémitisme »

Fermez les yeux, circulez, le juge des grâces a parlé, il n’y a rien à voir dans la grande avenue du Monde : les cadavres s’entassent et ils se trouvent des arguments gonflés de bonnes intentions. “Il est parfois dit dans la parole, les morts vous écoutent, croyez-vous qu’ils écoutent cela ?” (Badinter, 16 juillet 1992), “cela”, c’est le chantage à l’antisémitisme qui a conclu le discours du Président de la République lors des commémorations de la Rafle du Vel d’Hiv.

« Nous ne cèderons rienaux messages de haine ; nous ne cèderons rien à l’antisionisme car il est la forme réinventé de l’antisémitisme ».Cette phrase consacre un glissement sémantique déjà bien connu de l’extrême-droite israélienne,maintenant reprise par le président français, Emmanuel Macron.



Un argument vieux comme le monde : le chantage illégitime à l’antisémitisme

Depuis la création de l’Etat d’Israël,l’argumentde l’antisémitisme permet de poser une chape sur l’histoire,ilréunit toutes les critiques contre les gouvernements israéliens ou contre leurs guerres comme de leurs manœuvres colonisatrices pour les annuler.

En 2003, Rony Brauman, ex-président de MSF, était interrogé parLibérationà l’occasion de la préface du livreIsraël-Palestine, le livre noiret invoquait déjà à l’époque le “chantage omniprésent à l’antisémitisme”. La ficelle est bien connue : par l’emploi de la notion d’antisémitisme, on décrédibilise l’auteur d’une critique, ce qui permet de ne pas parler du fond.

Il est indéniable que ces dernières années, certains antisémites jurés aient camouflé leur caractère réactionnaire derrière un discours soi-disant « antisioniste ». Ces mêmes courants profitent parfois de la confusion chez des jeunes (et moins jeunes) des quartiers populaires, qui défendent la cause palestinienne, pour faire proliférer l’antisémitisme parmi eux. Il faut dire ici que cette confusion est alimentée, d’une part, par la politique de l’Etat français qui soutient inconditionnellement les crimes de l’Etat sioniste et, d’autre part, par la politique d’oppression et le racisme d’Etat contre les populations musulmanesou désignées comme tel, étrangères ou d’origine étrangère.

Pourtant, nul n’est légitime à remettre en cause notre engagementen faveur du peuple palestinien et contre l’oppression coloniale israélienne. Pas plus que la liste des prédécesseurs innombrables du trône, le Président n’avait aucun pouvoir, même symbolique, à détourner de la sorte les mots qui nous permettent de nous définir.


Qu’est-ce que le sionisme ?

Le sionisme avait vocation initialement à réclamer un Foyer juif comme le rappelleDominique Vidal dans une tribune de Mediapart aujourd’hui. L’essence même du sionisme réside dans la promotion de l’existence d’un Etat israélien, confortée par l’union d’un peuple, réuni non seulement par sa religion mais aussi par une pensée politique volontairement expansionniste.

Il suffit, pour le comprendre, d’étudier la décision de la Knesset (Parlement israélien) qui en 1952 confère un statut spécial à l’Organisation Sioniste Mondiale aux fins de poursuivre la mission de développer le pays. Cette même organisationdéfinit le sionismecomme la volonté de « rassembler les Juifs du monde entier en Israël, où ils vivront en sécurité et contribueront au développement du pays ».

A l’inverse, l’antisionisme dans sa forme initiale récuse ces deux principes : Israël n’est pas légitime, et la judéité n’intègre pas le sionisme.


Cessez l’immonde chantage, vous n’avez pas de leçon à nous donner

Alors cessez donc cet immonde chantage, savez-vous qui nous sommes ? Savez-vous qui se dresse contre les barbelés ? Non, Monsieur Macron, pas l’antisémitisme, pas ça, pas nous ! Savez-vous le tribut que nous payons encore aujourd’hui ? Nous n’acceptons pas la honte, nous n’acceptons pas l’insulte, surtout lorsque nos causes sont justes, lorsqu’elles sont bercées par nos idéaux de société progressiste, égalitaire, où nul individu n’est poursuivi pour ce qu’il est.

Ceux qui se dressent contre votre discours ignoble et acquis à une cause Monsieur Macron, ce sont les mêmes qui s’offusquent du Vietnam, de la Syrie, de la Libye, ce sont les mêmes qui abhorrent l’Arabie Saoudite et le Qatar, les mêmes qui ont soutenu la Révolution du Jasmin et qui soutiennent aujourd’hui la révolte du Rif.

Vous pourrez utiliser tous vos pantins, vous pourrez agiter le péril de l’arabe banlieusard et antisémite mais ce ne sera jamais suffisant pour remettre en cause notre engagement.

Nous avons choisi de nous dresser aux avant-postes, d’être les porte-étendards, les figures de proue d’une population malheureuse, et nous continuerons de dénoncer les crimes !

Si s’offusquer des violences contre les Palestiniens, c’est antisémite, alors considérez moi comme antisémite ! Si s’offusquer des violences contre les chrétiens en Orient, c’est être islamophobe, alors considérez moi comme islamophobe !

Non, nous ne sommes pas antisémites, pas moins que christianophobes ou islamophobes, nous sommes militants, des militants pour la paix et contre vos armes, car contrairement à vos mots, les nôtres ne tuent pas, mais bientôt ils lèveront les foules, et vous n’y pourrez rien.




Mots-clés

Israël   /    Macron   /    Palestine   /    Société