^

Notre classe

Indianapolis : États-Unis

Pour dénoncer des licenciements racistes, des ouvriers solidaires quittent l’usine

Le 31 juillet, sur un chantier de construction d'UPS, deux ouvriers mexicains ont été licenciés par le patron de l’entreprise. En réponse, les autres ouvriers ont quitté leur poste de travail après avoir appris les licenciements.

Un des ouvriers du chantier, un soudeur, a filmé la scène où les ouvriers, pour la plupart mexicains, quittent leur poste. Une vidéo visualisée plus de 3 millions de fois sur Facebook, montrant la solidarité ouvrière en action pour condamner ces pratiques qui s’accentuent, exercées aussi bien par le patronat aux Etats-Unis qu’ailleurs dans le monde. L’ouvrier auteur de la vidéo a également été llicencié après l’avoir mise en ligne : une décision qui témoigne de cette société où seule l’exploitation et l’appât du gain ont une valeur.

Des conditions de travail difficile et des propos racistes

C’est l’attitude des valets du patron petit chef qui a mis le feu aux poudres : la règle était en effet une généralisation des propos racistes envers les ouvriers. Quand les ouvriers ont eu connaissance des deux licenciements, ils ont tous décidé de quitter leur poste. La solidarité ouvrière a été plus forte que la haine entretenue par le patron envers eux, et c’est bien cela qu’il faut développer partout dans le monde. Et la solidarité ne s’arrête pas là : une page Gofundme a été mise en ligne pour récupérer des fonds pour les familles victimes des licenciements odieux du patronat.




Mots-clés

Licenciement(s)   /    #LicenciéPour3FoisRien   /    Répression   /    Notre classe