^

Politique

Justice de classe

Pour ses 48 heures de « garde-à-vue », Nicolas Sarkozy a pu dormir chez lui

Nicolas Sarkozy, soupçonné d’avoir financé illégalement sa campagne présidentielle de 2007 avec les pétrodollars du régime libyen de Mouammar Kadhafi, a été placé en garde-à-vue depuis mardi matin, pour 48 heures. Mais, preuve que devant la justice, l’égalité n’est pas là, ce dernier a pu passer la nuit du mardi au mercredi en dehors de sa cellule et dormir chez lui. Un véritable traitement de complaisance pour celui qui, en 2006, prônait la fermeté et appelait à « nettoyer au karcher la racaille ».

Il aura fallu pas moins de cinq ans d’enquête, des preuves et des témoignages concordants, pour que l’ancien président Nicolas Sarkozy soit mis en garde-à-vue et interrogé dans l’affaire du financement libyen de la campagne présidentielle de 2007. Et encore faut-il rappeler que cette enquête a été lancée à la suite à la publication par Médiapart des carnets de note de Choukri Ghanem, ancien ministre du pétrole de Kadhafi, faisant état d’un versement de 6.5 millions d’euros au clan Sarkozy. Et que depuis, plusieurs témoignages, dont celui de Ziad Takkieddine, intermédiaire historique de la droite française, de François Gouyette, ambassadeur de France en Libye en 2011, ainsi que ceux issus d’anciens du clan Kadhafi, concordent pour dire qu’il y a bien eu des transferts de mallettes de billets en provenance du clan Kadhafi dans le but de financer la campagne de celui qui était alors candidat à la présidentielle, Nicolas Sarkozy.

La mise en garde-à-vue de Nicolas Sarkozy, ancien chef d’Etat, est un cas exceptionnel pour la Vème République qui traite avec la plus grande complaisance ses anciens dirigeants pris dans les « affaires ». Elle montre à quel point l’étau s’est peu à peu resserré autour de l’ancien président et de ses proches. Cette exceptionnalité est liée au caractère proprement accablant des « éléments rassemblés » aujourd’hui contre Nicolas Sarkozy, qui « sont des faits » assurait Edwy Plenel, co-fondateur de Médiapart, sur France Info ce mardi.

Cependant, la garde-à-vue prévue pour 48 heures, a tourné court mardi soir à minuit. En effet, d’après les révélations du Parisien, l’audition a été interrompue à minuit et Nicolas Sarkozy aperçu à la sortie des locaux de l’office anti-corruption de Nanterre. Ce dernier a pu rentrer à son domicile, interrompant ainsi la garde-à-vue de 48 heures, et revenir pour être auditionné mercredi un peu avant 8 heures du matin. Un traitement de faveur qui montre à quel point la justice, bien loin du principe d’égalité devant la loi, fait état d’un deux poids, deux mesures selon le degré d’influence et le poids du portefeuille du suspect. Dans le procès du quai de Valmy, c’est un « faisceau d’indices » dont le plus probant aura été la couleur d’un caleçon aperçu sur une photographie qui a valu à Antonin Bernanos, étudiant de 22 ans, d’abord une détention provisoire puis une condamnation à de la prison ferme.

L’audition de Nicolas Sarkozy, au titre de principal suspect, devrait déboucher sur sa mise en examen ou sa remise en liberté. Mais les nombreuses failles dans le traitement judiciaire du financement libyen de la campagne de Sarkozy font douter de la capacité de la justice à faire toute la lumière sur cette affaire : outre la question de la corruption, du financement illégal et du détournement de bien public qui sont à charge, dans quelles circonstances le cadavre de Choukri Ghanem, ex-ministre du pétrole de Kadhafi, et auteur des carnets révélés par Médiapart, s’est-il retrouvé dans le Danube ? Pourquoi Bechir Saleh, ex-trésorier de Kadhafi, après avoir été exfiltré vers la France puis vers l’Afrique du Sud par les services secrets français a-t-il été victime d’une tentative d’assassinat en février 2018 à Johannesburg ? Qu’en est-il de l’intervention française de 2011 en Libye contre le régime de Mouammar Kadhafi qui, quelques mois plus tôt, était reçu en grandes pompes à l’Elysée par le même Nicolas Sarkozy ? De nombreuses zones d’ombres demeurent et avec elles, les responsabilités de la classe politique française dans les réseaux de corruption, les assassinats politiques, et la guerre impérialiste dans une Libye aujourd’hui dévastée. En attendant ces réponses, Nicolas Sarkozy, premier suspect, a pu dormir chez lui, sur ses deux oreilles…

Crédits photo : BENOIT TESSIER / REUTERS




Mots-clés

#JusticeDeClasse   /    Vos guerres, ’no more’ !   /    Libye   /    Françafrique   /    Nicolas Sarkozy   /    Politique