^

Genres et Sexualités

Patriarcat et capitalisme

Pourquoi les femmes sont-elles particulièrement touchées par la précarité ?

Ces dernières semaines ont été marquées par un certain écho médiatique des violences faites aux femmes. Mais contrairement à ce que voudraient nous faire penser le gouvernement, la violence et la précarité qui touchent les femmes sont des problèmes structurels et non individuels.

Crédits photo : AFP / NICOLAS TUCAT

La récente libération de la parole sur le vécu des femmes autour des violences sexistes ouvre la possibilité d’une prise de conscience du caractère structurel – et non individuel – de l’oppression des femmes. Dans le contexte actuel d’attaques dures du gouvernement Macron à l’encontre des travailleuses et travailleurs, il est important de visibiliser le fait que les femmes, du fait de l’oppression patriarcale, seront les premières victimes de cette politique. Les attaques que prépare Macron, à commencer par les ordonnances qui ont récemment été signées, vont maintenir et aggraver la précarisation des femmes. Cette précarité des femmes fait tout autant partie de la structure de nos sociétés que la violence sexiste, et la facilite. Dans une position subordonnée, que ce soit au travail ou au foyer, les femmes sont les premières cibles du harcèlement physique comme moral et de la violence.

La précarité a le visage des femmes

C’est un constat criant si l’on se penche sur des données chiffrées. Pour commencer, si les femmes représentent un peu plus de 50 % de la population mondiale, ces dernières constituent 70 % des personnes se retrouvant en situation de pauvreté, quand, de l’autre côté, seulement 1 % de la propriété privée mondiale est aux mains des femmes.

La France ne fait pas exception. Aujourd’hui les femmes y gagnent en moyenne 25 % de moins que les hommes. Ces dernières se retrouvent également bien souvent dans des emplois précaires, et le taux de féminisation des emplois à temps partiel dépasse 82 %. Le risque de précarisation est également aggravé pour les femmes élevant seules leurs enfants ; 33 % de ces familles monoparentales se retrouvent en effet avec un revenu inférieur au seuil de pauvreté. De plus, étant surreprésentées dans des postes assez pénibles, où le travail répétitif et les postures contraignantes sont omniprésents, comme les professions d’agents d’entretiens, d’aides aux personnes ou d’employés du commerce, les femmes se retrouvent plus exposées aux risques psychosociaux.

Dans le contexte actuel de crise économique, les conditions matérielles des femmes ne s’améliorent pas ; elles tendent au contraire à s’aggraver. Face à cette crise, les mesures austéritaires prises par les différents gouvernements, qui tendent à faire payer la crise aux classes populaires, précarisent fortement les femmes. Les secteurs touchés, à l’instar de la santé et de l’éducation, sont très féminisés, ce qui aboutit à une dégradation de leurs conditions de travail. Mais cette casse des services publics rend également plus difficile leur accès à certains droits : les Planning familiaux, les centres d’IVG, les associations LGBTI se retrouvent en effet de plus en plus menacés par le manque de moyens.

Pourquoi les femmes sont-elles particulièrement touchées par la précarité ?

Cette précarisation généralisée et cette sur-exploitation des femmes témoignent du fait que, si l’oppression des femmes n’est pas née sous le capitalisme, le patriarcat prend tout de même des traits particuliers sous ce mode de production, devenant un allié indispensable pour l’exploitation et le maintien du statu quo capitaliste.

En introduisant les femmes, mais aussi les jeunes filles et les jeunes garçons dans son mécanisme d’exploitation, le capitalisme a pu engranger une part de profits considérable. En effet, s’il a poussé des millions de femmes sur le marché du travail, détruisant ainsi les mythes obscurantistes qui les condamnaient exclusivement à rester dans le milieu privé du foyer, il l’a bel et bien fait dans le but de les exploiter doublement, en leur octroyant des salaires moins élevés que les hommes. De cette façon, les salaires des hommes ont pu être baissés à leur tour.

De plus, si avec cette insertion dans le marché du travail, les femmes ont pu s’extraire du foyer, le travail domestique est toujours maintenu dans la sphère du privé ; et de ce fait toujours assigné aux femmes - et ce pour préserver une partie des profits des capitalistes. Ce travail reproductif (entretien du domicile, éducation des enfants, soins du mari et des personnes âgées, etc) est invisibilisé. Si les femmes sont surreprésentées parmi les emplois à temps partiel, c’est parce que ce travail reproductif au sein du foyer leur est assigné. Les femmes sont également majoritaires dans les professions en lien avec les rôles qui leurs sont traditionnellement réservés, tels que les postes d’aides-soignantes, d’infirmières, d’aide à la personne, d’assistantes maternelles… des postes qui, bien qu’impliquant un haut niveau de responsabilité, sont précaires et sous-payés.

Pour riposter, quel féminisme ?

Pour faire face aux attaques de Macron, et à toutes les violences qui s’abattent quotidiennement sur les femmes - qu’elles soient économiques, physiques, sexuelles, morales ou symboliques - il est nécessaire que le mouvement féministe se réapproprie les formes de luttes qui ont fait sa force et son caractère très subversif dans les années 1970, à savoir la lutte collective des femmes, au prisme d’une perspective de classe et de remise en cause radicale du capitalisme.

Aujourd’hui, le mouvement féministe a majoritairement été dévié et coopté par l’ordre dominant, abandonnant la lutte contre le capitalisme qui pousse les femmes dans la misère au profit d’une stratégie de réformes progressives et d’accumulation de droits. Si la lutte des femmes a en effet réussi à arracher des avancées non négligeables, celle-ci a fini par être réduite à un simple problème individuel, un problème d’écriture du droit pénal, avec une individualisation de la violence, car la condamnation est centrée uniquement sur les comportements violents les plus extrêmes de quelques individus. Cet écueil invisibilise la responsabilité de la société capitaliste et patriarcale, de son État et de ses institutions, qui furent épargnés et libérés de toute responsabilité.

Mais face à ces franges du féminisme qui se replient sur la lutte pour la reconnaissance des droits sur le terrain de “l’Etat démocratique”, la politique actuelle du gouvernement Macron n’est qu’une démonstration de plus de l’impasse de cette stratégie réformiste et institutionnelle. Elle dévoile une fois de plus l’hypocrisie des gouvernements bourgeois qui osent se déclarer féministes, mais qui n’ont rien à offrir pour pallier à la misère et la violence qui structurent la vie des masses et de millions de femmes et qui ne cessent au contraire de les pousser vers toujours plus de précarité.

En revendiquant que « le privé est politique », nous devons dire que le gouvernement et sa justice de classe réprimant les individus ne sont pas la solution. Les rassemblements « #MeToo dans la vraie vie » organisés dans plusieurs villes de France sont une première occasion de nous rassembler, de prendre la rue et de nous organiser contre cette précarité et cette violence qui structurent nos vies. De la même manière, le 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, est chaque année une échéance politique importante pour le mouvement féministe, permettant de visibiliser les violences de genre.