^

Politique

Manif du 19 octobre

Poutou : « Pourquoi cette division qui entraîne forcément une fragilisation et des doutes ? »

Crédits photo : Facebook de Philippe Poutou

Salut à toutes et tous

Cette nouvelle journée de mobilisation marque un essoufflement. Ce sont les médias qui le disent. Et pour ce coup ci malheureusement c’est vrai. Mais comment pourrait il en être autrement. La stratégie des directions syndicales est catastrophique. En plus de la désunion, on ne comprend rien aux choix s’éparpiller les manifestations dans le temps et aussi entre secteurs publics, privé, transports, métallurgie, retraités... Pourquoi cette division qui entraîne forcément une fragilisation et des doutes ? Quel gâchis quand même car ma colère existe, la détermination de nombreuses équipes militantes existe aussi.

Face à l’arrogance de Macron et de son gouvernement, face à la guerre sociale menée par le patronat, il y a un besoin urgent de répondre massivement et unitairement. Il s’agit plus que de se défendre, il faut reprendre l’offensive. Il est donc question de construire un mouvement social large, cela se joue au delà des forces syndicales. Et de ce point de vue là, la gauche politique a des responsabilités à prendre mais ce n’est pas le cas. Au lieu de s’enfermer dans des logiques boutiquieres ou sectaires, au lieu de faire les équilibristes, il est temps d’en appeler clairement à la lutte, à prendre la rue car c’est la que tout va se jouer, pas au parlement.

Alors à quand des réunions unitaires, des collectifs, des meetings unitaires avec les syndicats, les associations, les organisations de la gauche dite radicale ? A quand l’opposition à Macron qui se retrouve, laissant de côté ses divergences, pour s’appuyer sur notre intérêt commun qui est d’obtenir une victoire sociale dans la rue, par les grèves, par le blocage de l’économie, toit simplement en changeant le rapport de forces.

Ce qui est dingue, c’est qu’après la formidable mobilisation de l’année dernière contre la loi Travail, on est en train de foirer la bataille contre un nouveau plan d’attaque des possédants. Alors que notre camp social, uni et déterminé, a largement les moyens de changer la donne.

Il est temps de discuter sérieusement de stratégie, de redresser la situation, de ce qu’il nous faut pour se renforcer, il est temps que tout le monde joue collectivement, sincèrement pour organiser et construire une véritable mobilisation. C’est difficile mais on ne désespère pas, on n’abandonne pas.

Philippe




Mots-clés

Loi travail 2   /    Manifestation   /    Emmanuel Macron   /    Politique