^

Politique

Corruption généralisée

Poutou à Le Pen : « quand on est convoqué par la police, on n’a pas d’immunité ouvrière »

Sur le plateau du grand débat rassemblant les 11 candidats aux élections présidentielles, Philippe Poutou est revenu sur les affaires de corruption dans le monde politique, mettant dos à dos Fillon et Le Pen sur leurs affaires respectives.

Sur le plateau de BFM TV, il y a certains candidats qui mettent les pieds dans le plat. C’est le cas de Philippe Poutou, qui est le seul, avec Nathalie Arthaud, à avoir attaqué directement François Fillon et Marine Le Pen, tous deux candidats à la présidentielle et poursuivis pour des cas de corruption. « Depuis janvier, c’est le régal, Dassault, Balkany, Fillon, plus on fouille et plus on sent la corruption et la triche. En plus ils nous expliquent qu’il faut la rigueur et l’austérité... » a-t-il asséné face au candidat de la droite, décidément bien entouré. Car avant d’attaquer frontalement le député de Paris, Poutou a dénoncé les affaires de Dassault et de sa famille… alors que Laurent Dassault, le fils du milliardaire vendeur d’armes était juste derrière son candidat.

Et visiblement, face aux critiques, Fillon n’aime pas beaucoup qu’on lui rappelle ses détournements de fonds, pour lesquels il a été mis en examen, ainsi que Pénélope Fillon. Et malgré les intimidations du candidat LR, Poutou ne s’arrête pas, et attaque la candidate frontiste, attaquant de front son discours « anti-système » : « on a aussi Marine Le Pen, pareil, on pique dans les caisses publiques, c’est pas ici c’est en Europe. Et le FN qui est antisystème ne s’emmerde pas car il se protège grâce à l’immunité parlementaire, donc peinard. » Car contrairement aux parlementaires qui se protègent derrière leur mandat parlementaires, la justice de classe, l’a rappelé Poutou, condamne de nombreux délégués syndicaux. Prenant exemple sur les multiples condamnations de syndicalistes, allant jusqu’à la prison pour les Goodyear, il a rappelé « nous, on n’a pas d’immunité ouvrière ».

Face à cette caste politique corrompue, Poutou propose de « limiter le salaire des politiciens au salaire moyen, au moins les gens courront moins après le poste », avant de continuer en expliquant : « s’il sont rémunéré au salaire moyen, ils tenteront peut-être de l’augmenter plus rapidement ». Un programme largement applaudi par le public ; c’étaient d’ailleurs les seuls applaudissements de la soirée.




Mots-clés

#PénélopeGate   /    Marine Le Pen   /    #Poutou2017   /    François Fillon   /    Philippe Poutou   /    Présidentielles 2017   /    Politique