^

Notre classe

#ImmunitéOuvrière

Poutou devant la justice pour des confettis : « Ce serait quand même dommage d’aller en prison avant Fillon »

L’ex-candidat du NPA à la présidentielle a une nouvelle fois aujourd’hui fait l’expérience que l’immunité ouvrière, ça n’existe pas. Celui dont l’usine est menacée de fermeture et qui était convoqué aujourd’hui devant la cour d’appel du Tribunal Correctionnel de Paris ironise sur Twitter « Ce serait quand même dommage d’aller en prison avant Fillon ».

Durant la campagne présidentielle, Philippe Poutou n’était pas un candidat comme les autres. Car il est rare de voir au milieu des politiciens professionnels un ouvrier qui travaille dans un usine Ford à Blanquefort, et qui est en plus menacé de perdre son emploi. Lundi 15 janvier, lui et ses collègues étaient convoqués au Tribunal Correction de Paris. Les faits qui leurs sont reprochés ? Des jets de confettis, collages d’autocollants, et envahissement du stand Ford lors du Mondial de l’automobile en 2012 et en 2014. L’ancien candidat avait été condamné à 431 euros en juin dernier lorsque la condamnation était tombée. La cour d’appel devra cette fois rendre sa décision le 29 janvier.

Nous sommes donc rassurés, la justice ne perd pas de temps. Enfin sauf en ce qui concerne Fillon, Le Pen, Sarkozy, Bernard Arnaud, Dassault, le policier qui a tué Rémi Fraisse, les patrons responsables de suicides d’ouvriers, les sénateurs qui détournent l’argent public et tous les autres. Car pour ne prendre que l’exemple non-exhaustif de Fillon qui avait passé une campagne sous le signe de la corruption, il ne semblait pas aux dernières nouvelles tracassé par les sanctions qui pourraient tomber. Il avait avoué il y a quelques mois que le procès pourrait prendre quelques années, expliquait « avoir marqué des points » lors de l’instruction, et pensait même se refaire un nom dans le business international. Des emplois fictifs aux affaires, la voie semble, pour lui, toute tracée. Aux antipodes de cette caste corrompue jusqu’à la moelle, Philippe Poutou, travailleur à l’usine Ford de Blanquefort la connaît bien, lui, la justice de classe. En tant que délégué syndical CGT, il mène depuis des années une lutte acharnée contre le licenciement des ouvriers de son usine et se bat contre les politiciens véreux comme Fillon.

Ce matin, avait lieu un rassemblement devant le tribunal, pour manifester contre la criminalisation de la lutte et pour adresser un message de solidarité à Philippe et ses camarades. Etaient présents le NPA bien sûr, mais aussi la CGT HPE, actuellement en lutte aux côtés des grévistes de l’hôtel Holiday Inn Clichy, la CGT spectacles, la CGT Métallurgie, OCLMVP, le Front social. Et c’est aussi la raison pour laquelle il est sanctionné par la justice : pour avoir dit tout haut ce qu’il n’était pas politiquement correct de dire lors d’un débat télévisé mais comme le décrivait lui-même à l’époque "Si j’étais à ce débat, c’était aussi pour exprimer ce que des millions d’entre nous pensent", pour se battre contre les licenciements, pour avoir tout simplement montré qu’un ouvrier pouvait parler politique.

Crédit Photo : Photothèque Rouge /Meno




Mots-clés

immunité ouvrière   /    Ford   /    François Fillon   /    Philippe Poutou   /    #JusticeDeClasse   /    NPA   /    Répression   /    Notre classe