^

Politique

Un accueil chaleureux

Premier déplacement de l’année pour Macron : gros comité d’accueil de Gilets Jaunes et de stylos rouges

Mercredi 9 Janvier, Macron faisait son premier déplacement de l’année à Créteil pour l’inauguration de la maison du Handball. Le président y a été accueilli par une centaine de Gilets Jaunes et de « stylos rouges ». Loin des images de bains de foules de son début de mandat, Macron a fait son déplacement sous la protection des CRS qui ont usé de violence contre les manifestants.

crédit photo : UL CGT Ivry

Macron espérait faire un déplacement tranquille à la maison du handball de Créteil. En effet, à quelques jours des championnats du monde de la discipline, le président voulait s’afficher aux côtés des « experts », champions en titre. Le président aurait voulu répéter ce qu’il avait fait cet été en s’affichant avec l’équipe de France de football. Mais c’étais sans compter sur un comité d’accueil de quelques 150 gilets jaunes et « Stylos Rouges » à l’appel, entre autre des syndicats de l’enseignements.

Le mouvement des « stylos rouges » est composé d’enseignants en colère et s’est structuré de façon similaire au gilets jaunes, sur les réseaux sociaux. Ces enseignants se révoltent eux aussi pour leur pouvoir d’achats alors que leur point d’indice demeure gelé. Grands oubliés des vœux du présidents Macron, ils commencent leur mobilisation contre le gouvernement cette rentrée. C’est dans ce contexte que les syndicats d’enseignants avaient appelé à se rendre à Créteil mercredi matin.

Les quelques 150 manifestants qui s’étaient rassemblés mercredi matin ont dû faire face aux CRS venu assurer le bon déroulement de la visite présidentielle. La tension est vite montée entre la police et les Gilets jaunes. La police a fait usage de la force afin de disperser les manifestants avant d’utiliser massivement des gaz lacrymogènes. Comme le montre les multiples vidéos, les policiers n’ont pas hésité à frapper les manifestants au niveau de la tête.

Finalement, ce sont les manifestants qui volent la vedette à un président de la république de plus en plus empêtrer dans le mouvement social. Ce premier déplacement montre bien que Macron n’est pas sortie de la tempête avec la nouvelle année mais au contraire, il est de plus en plus isolé. Encore une fois, la question de sa démission fait l’unanimité tant chez les professeurs en colères que chez les gilets jaunes, où les retraités qui étaient présent.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Emmanuel Macron   /    Violences policières   /    Politique