^

Politique

Qui gagne combien ?

Présidentielles. La déclaration de patrimoines des candidats

C'est une première, tous les candidats pour les élections présidentielles ont dévoilé leur déclaration de patrimoine auprès de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vème Publique. Jusqu'à présent seule la déclaration du vainqueur de l'élection était publiée au journal officiel. Par contre, il est important de prendre en compte que « les déclarations de patrimoine des candidats à l’élection présidentielle n’ont fait l’objet d’aucun contrôle. (...) Elles sont publiées telles qu’elles ont été transmises par le Conseil constitutionnel ». Elles peuvent donc se révéler fausses ou incomplètes. Une déclaration sur l'honneur donc, qui a de quoi interroger quand on connait Fillon, Macron, ou Le Pen...

La première chose qui saute aux yeux en regardant ces déclarations c’est que bon nombre de candidats dit anti-système profitent bien de ce système. Ils sont tous bien garnis à l’exception de certains.

Marine Le Pen déclare avoir 18 854,29 euros sur ses comptes. Elle signale également deux prêts souscrits à Cotelec d’un montant total de 6 000 000 d’euros. Cotelec (abréviation de cotisation électorale), est une structure fondée par Jean-Marie Le Pen en 1988. Les dons récoltés en 2011 par le micro-parti s’élevaient 239 464 euros. Près de 100 000 euros ont été directement versés au Front national, contournant en toute légalité la réglementation sur les financements politiques, qui limite les dons à 7 500 euros par personne, par parti et par an. En gros Le Pen prête aux Le Pen. Elle a également réévalué légèrement la valeur de son patrimoine, notamment ses parts dans les propriétés familiales de Saint-Cloud et de Rueil-Malmaison car rappelons le, son patrimoine fait l’objet d’une enquête judiciaire pour « sous-évaluation ».

Emmanuel Macron, lui qui aime tant se dire anti-système, l’ancien banquier de chez Rothschild ne déclare pas de bien immobilier. Sur sa déclaration ne figure pas la maison au Touquet puisqu’elle appartient officiellement à sa femme, dont la valeur dépasse les 1,45 million d’euros. Une maison qu’il aurait d’ailleurs financée en partie depuis qu’il a revendu son appartement parisien, d’une valeur de 980 000 €. On sent que l’ex-banquier est adepte du cache-cache, d’autant que la déclaration de patrimoine ne permet toujours pas de se faire une idée de comment il a dépensé ses 3,3 millions d’euros de revenus avant impôts perçus entre 2009 et 2014. « Pendant les années Rothschild, Emmanuel Macron a adapté son train de vie à ses revenus et il a donc pas mal dépensé » a ainsi justifié en février son porte-parole, Sylvain Fort. Il détient 116 176,82 euros sur ses nombreux comptes. Il a 62 246 euros de placement. Le candidat d’En Marche, possède un compte-titres et un Plan d’épargne en actions (PEA) chez Rothschild, ainsi qu’au Crédit Mutuelle, le tout d’une valeur de 65 625,94 euros. A tout ça, il faut rajouter les 274 141,42 euros de droit d’auteur pour son livre ironiquement appelé « Révolution ».... Comme dans sa déclaration de fin décembre 2016, il y a une étrangeté dans la copie rendue par le candidat Macron. Il affirme détenir un livret de développement durable de 40 316 euros alors que ce livret est plafonné à 12 000 euros depuis 2012 (contre 6 000 euros avant). Un particulier a le droit de dépasser ce montant grâce aux intérêts produits par le placement. Mais d’après le calcul de certains journalistes et experts, même en « le garnissant à ras bord et en capitalisant les intérêts depuis le lancement de l’ex-Codevi, en 1983 - il avait alors six ans - le candidat d’En Marche ! ne peut pas avoir aujourd’hui autant d’argent sur ce compte ». Rappelons également qu’avec 36 285 euros au compteur, celui de son épouse Brigitte est tout aussi étonnant.

François Fillon, déclaration qui sera scrutée sans doute dans tous les sens, déclare posséder son célèbre manoir de Beaucé dans la Sarthe d’une valeur de 750 000 euros, une autre maison de 210 m2 toujours dans le même département valant 41 300 euros, ainsi qu’une demeure de 150 m2 dans les Pyrénées-Atlantiques à 134 000 euros. Il déclare également deux montres. La première d’une valeur de 15 000 euros, la seconde d’une valeur de 12 000 euros selon une « estimation personnelle ». Sa société 2Fconseil a une valeur de 97 888euros et ses multiples comptes en banque sont remplis à une hauteur totale de 34 422 euros. Il n’a pas moins de 15 comptes ouverts au Crédit Agricole.

L’énarque Nicolas Dupont-Aignan, candidat de Debout la France, possède cinq appartements et une boutique à Paris ainsi qu’une maison dans l’Essonne. Leurs valeurs vont de 135 000 euros à 1 300 000 euros pour un total de 2 329 000 euros de bien immobilier. Si l’on additionne ses comptes il est à découvert de 31,43 euros

François Asselineau, énarque lui aussi, candidat de l’UPR, détient à 65% un appartement de 1 500 000 euros, une résidence secondaire dans la Nièvre à 75% d’une valeur de 100 000 euros, un parking à 15 000 euros, et deux appartements en Polynésie-Française d’une valeur de 159 000 et 117 000 euros. Asselineau déclare avoir 14 698,67 euros de découvert.

Jacques Cheminade détient un appartement de 420 700 euros, a 54 090 euros de valeurs non cotées en bourses, 19 300 euros de part et affirme détenir pour 18 000 euros d’objets préhistoriques et précolombiens.

Jean Lassalle, est sans doute le candidat qui a déclaré avoir le moins d’argent puisqu’il serait à découvert de 1 218,4 euros mais il possède en contrepartie un appartement, deux maisons et des terres agricoles, le tout d’une valeur de 705 000 euros.

Benoît Hamon, le candidat issu de la primaire de la Belle Alliance Populaire, qui n’en a que le nom, possède deux appartements pour 821 000 euros et détient 15 202,07 euros sur ses comptes.

Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France Insoumise, détient un appartement et une maison secondaire pour une valeur de 1 027 000 euros. Ses comptes sont plutôt au vert puisqu’il a détient près 104 212, 02 euros à sa disposition.

Les deux candidats trotskistes de cette élection sont les deux plus pauvres aux vues de leurs déclarations.

Nathalie Arthaud détient un appartement de 248 700 euros mais à deux et a 8 470,94 euros sur ses comptes.

Et Philippe Poutou dans tout ça, alors que certains lui veulent des poux avec le Poutougate, est le seul à ne pas avoir de propriété foncière, ni assurance vie. Il a juste un peu d’argent sur ses différents comptes à hauteur de 22 665,10 euros et une Peugeot à 9 000 euros.

Quoiqu’il en soit, ce qu’on peut observer, c’est un véritable fossé entre les candidats politiciens professionnels, et ceux, les travailleurs du rang, comme Nathalie Arthaud et Philipe Poutou. Entre les énarques et politiciens professionnels qui détiennent des propriétés que l’on ne peut posséder même après une vie de travail, et qui ont des sommes d’argent à disposition que l’on ne peut espérer avoir ne serait-ce que pour se préparer aux coups durs du chômage, et un candidat qui fait les trois huit à son usine, qui se bat pour conserver son emploi et qui loue son logement, il n’y a pas vraiment de choix.. Votons Philippe Poutou.




Mots-clés

Présidentielles 2017   /    Politique