^

Notre classe

Rendez-vous à Amiens jeudi !

Procès géant : 850 ex-Goodyear contestent leur licenciement aux Prud’hommes

Les Goodyear ne lâchent rien. Après la fermeture de l’usine, en 2014 et la liquidation de 1143 emplois ; après la condamnation de sept anciens salariés à des peines de prison avec sursis pour avoir séquestré deux ex-dirigeants, ils seront plus de 800, jeudi 4 octobre, à réclamer la condamnation de la multinationale, pour le « carnage social et humain » qu’elle a perpétré. Un procès historique pour lequel ils attendent un soutien massif.

Un tribunal trop petit pour les plaintes des Goodyear

La Cour d’appel d’Amiens a indiqué, dans un communiqué, que près de 800 salariés ont formé une action auprès du Conseil des Prud’hommes. Ils demandent une indemnisation conséquente au motif que leur licenciement est dépourvu de « cause économique réelle et sérieuse », prétexte qui avait été utilisé par la multinationale pour la fermeture de l’usine.

Une plainte géante et historique qui contraint le tribunal à déplacer le lieu de l’audience au Zenith situé dans le parc des expositions et des congrès. La longue journée de plaidoiries démarrera par un rassemblement à 8h 00 et sera coupée par un barbecue de 13 h 00 à 14 h00. Deux temps forts pour que puisse s’exprimer la solidarité de tous ceux qui veulent soutenir les travailleurs en lutte pour leurs emplois et leurs conditions de travail et faire barrage à l’appétit insatiable des patrons profiteurs.

Un soutien du mouvement ouvrier qui ne peut tolérer aucune défection

Le barbecue et la journée seront organisés par l’union locale et l’union départementale CGT dont Mikaël Wamen, figure emblématique de la lutte des Goodyear et l’un des sept salariés condamnés, fait partie. Mais la confédération de la CGT, quant à elle, fait jusqu’à ce jour silence sur le rassemblement du 4 octobre. C’est ce qui a conduit Mikaël Wamen, dans le langage vigoureux qui le caractérise, à interpeler les dirigeants de la CGT nationale en termes ironiques : « C’est parce qu’il n’y aura pas la CFDT que les instances nationales de la CGT nous ignorent à ce point (LOL) ??? » ; « Où est passé le fameux « Les Good Year méritent une médaille » prononcé le 19 octobre 2016 à Amiens ??? » ; « Alors, on s’en tape d’une médaille, mais avoir un soutien serait le minimum syndical !!!! »

Et en effet, quelles que puissent être les divergences, les appartenances, les critiques, une journée comme celle du 4 octobre, qui représente un enjeu majeur pour le monde du travail, ne peut souffrir aucune défection au sein des organisations et parmi les militants du mouvement ouvrier. Comment attendre convergence et mobilisation sur une journée programmée le 9 octobre en défense de la fonction publique, si un soutien aux évènements marquants de la lutte des classes n’est pas assuré 5 jours auparavant ?

RP pour sa part sera présente le 4 octobre à Amiens pour apporter son soutien aux Goodyear et rendre compte de cette journée sans précédent. Le rendez-vous est fixé à partir de 8h 00 sur le parking du Zénith.