^

Société

Un nouveau scandale ?

Produits contaminés : après le lait, maintenant les légumes !

Nous avons déjà eu l’affaire de l’eau et du lait en poudre contaminé de Nestlé, du scandale du lait infantile contaminé de Lactalis, aujourd’hui c’est au tour du groupe belge Greenyard d’être sous les projecteurs.

Greenyard, est un groupe Belge qui détient une usine à Baja, en Hongrie et qui fournit 80 pays d’Europe ainsi que d’Outre-Mer en légumes et plats surgelés. En France plusieurs magasins tels que Auchan, Intermarché, Lidl, Carrefour, ou encore Leader Price ont rappelés leurs produits livrés entre le 13 août 2016 et le 20 juin 2018 pour Risque de Listériose. Cette maladie est une infection grave. Elle se déclare par des troubles digestifs (tels que des nausées, de la diarrhée, ou encore des vomissements).

La DGCCRF (la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) a publié une liste de produits concernés, en France le 11 juillet et à effectuer une mise à jour ce mercredi. Elle a aussi fait une mise en garde sur un risque de contamination de cette bactérie dans les pays concernés.

En effet ce groupe a été épinglé par les autorités Hongroise chargée de la sécurité alimentaire, et à l’obligation de rappeler ces produits dans son usine en Hongrie après avoir déceler pas moins de 47 cas de contaminations dans 5 pays Européens en 3 ans, dont 9 personnes qui sont décédées suites à cette maladie.

Cette histoire rappelle l’affaire du lait infantile de Lactalis qui pendant 12 ans a commercialisé des produits contaminés par la samonelle. Le PDG avait nié en bloc cette contamination, et avait préférer le mettre sur le dos du laboratoire d’analyse de la boîte. [http://www.revolutionpermanente.fr/Le-PDG-de-Lactalis-avoue-que-des-bebes-ont-pu-etre-contamines-entre-2005-et-2017].

Dans cette affaire, comme dans les affaires de Nestlé, et de Lactalis, le PDG du groupe Greenyard, préfère continuer à commercialiser des produits contaminés en rendant des personnes malades, pour gagner toujours plus d’argent. Et peu importe, en définitive, que la santé des consommateurs soit en jeu...

Crédits photos : FOTOLIA




Mots-clés

Société