Notre classe

Un article sexiste, raciste et colonialiste

Quand Le Parisien fait passer l’idéologie dominante par le biais du suicide d’un couple de travailleurs

Publié le 6 octobre 2016

Ce 5 octobre, le Parisien a publié un article relatant l’effroyable suicide d’un couple de travailleurs pour cause de 3 mois de loyer impayés. Entre les témoignages et le discours tenu, l’article fait la part belle... aux plus profondes racines idéologiques de l’Etat bourgeois. Celui du système dont ce couple de Coréens a été la victime.

Fréderic Apoyo

L’article paru sur Le Parisien traitant du suicide d’un couple de travailleurs coréens ce mercredi 5 octobre a de quoi secouer. Si les médias dominants traitent souvent avec mépris les drames touchant notre classe, cet article passe à la vitesse supérieure. Témoignages, descriptions détaillées et une très dérangeante atmosphère "d’héroïsation" des victimes de ce système qui pousse des milliers de travailleurs à mettre fin à leur jour. Insistance sur le fait que les deux victimes parlaient très mal français, allusion sexiste (« Ils étaient toujours bien habillés. La femme était très élégante ») ou encore quelques passages sous-entendant que les étrangers "respectueux" se doivent d’être dans un état de soumission : tout y est. Une attaque idéologique qui va jusqu’à glorifier, sur la forme, les deux victimes. « Mais se suicider pour trois mois d’impayés, c’est incroyable. » ; « C’est incompréhensible ce qui s’est passé. Ils étaient tellement gentils. Ils parlaient mal le français, mais à chaque fois qu’ils me croisaient ils se courbaient pour me saluer. » Incroyable ? Effroyable aurait été plus approprié vu la situation. Pour ce qui est du sentiment d’incompréhension, il tient avant tout du fait que le lecteur n’avait pas encore lu l’article en question. Des gens honnêtes, soumis, respectueux et qui ont préféré se suicider plutôt que de spolier un jour de plus - après 3 mois d’impayé - la propriété privée d’autrui. La cerise sur le gâteau étant que Le Parisien a choisi de mettre en avant le fait que ce couple s’est excusé auprès de la propriétaire. En somme, une offensive balayant les champs de l’idéologie bourgeoise.

#Assezdeviesbroyées ... et de l’ignominie des médias dominants !

Un véritable affront jeté en pleine figure des travailleurs : jusque dans la mort, l’idéologie dominante se glisse pour approfondir son emprise. Outre le fait que ce système a non seulement provoqué les conditions matérielles de la précarité extrême dans laquelle était plongée ce couple, c’est l’idéologie même du capitalisme qui a poussé ce couple à mettre fin à leurs jours pour 3 mois d’impayés. Un sentiment de manquement extrême aux bonnes moeurs bourgeoises, faisant de la propriété privée un véritable Graal. Loin de s’être contenté de relayer l’information comme un fait divers, le message véhiculé par cet article souligne l’importance de relayer l’information "du bon côté de la barricade".

Ces deux travailleurs coréens sont avant tout des victimes. Des vies qui ne trouveront jamais les faveurs des médias dominants. Loin de tout sentimentalisme, c’est au contraire une tâche plus que jamais importante de relayer les drames de notre classe pour leur accorder l’importance qu’ils méritent. Témoignages et articles de dénonciation sont autant d’armes pour batailler sur le terrain médiatique, voire peuvent forcer l’omerta comme le cas de Guillaume Vadot, enseignant-doctorant agressé par la police. En ce sens, vous pouvez nous envoyer tout article susceptible de poursuivre ce combat.