^

Genres et Sexualités

Justice pour Vanesa Campos

Qui a tué Vanesa Campos ? Harcèlement des travailleuses du sexe et transphobie d’Etat

Vanesa Campos avait 36 ans. Originaire du Pérou, elle avait rejoint la France pour gagner sa vie et nourrir sa famille restée au pays. Trans et travailleuse du sexe, elle pensait, en s'installant à Paris, que les violences et les menaces pesant sur elles seraient moins fortes qu'en Argentine, où elle avait émigré une première fois. Elle a pourtant été assassinée par balle dans la nuit du 16 au 17 août, sur son lieu de travail, au bois de Boulogne.

Crédit photo : LP/Eric Le Mitouard

Si c’est elle qui a été prise pour cible, c’est parce que Vanesa Campos avait décidé de commencer à organiser la résistance face à l’inaction de la police. Un groupe d’hommes commettait en effet, depuis trois ans, des vols et des violences envers elle, ses collègues et leurs clients. Lorsqu’elle a été tuée d’une balle dans la poitrine, elle cherchait d’ailleurs à empêcher le braquage de la voiture d’un de ses clients.

« Arrêtez nos agresseurs, pas nos clients » (slogan de la marche pour Vanesa Campos, 24 août 2018)

Depuis le meurtre, huit personnes ont été interpellées, dont cinq qui ont été placées en examen et en détention provisoire. L’enquête n’est pas terminée, d’autant que l’arme qui a tué la jeune femme pourrait être celle d’un policier volée à son propriétaire début août.

Justice va-t-elle donc être rendue ? Au-delà des individus qui ont agressé la jeune femme, c’est bien l’Etat qui est responsable, en organisant la précarité et la vulnérabilité des travailleurs et travailleuses du sexe, et plus encore de celles et ceux qui sont immigrés. Depuis l’adoption, en 2016, de la loi sur la pénalisation des clients, les personnes prostituées se retrouvent en effet obligées travailler dans des lieux de plus en plus sombres et reculés, à la demande de leurs clients qui craignent d’être verbalisés par la police. En s’enfonçant loin dans les profondeurs du bois de Boulogne, Vanesa et ses collègues sont ainsi d’autant moins en sécurité. En outre, celles et ceux qui n’ont pas de titre de séjour ne risquent pas d’aller porter plainte : ce serait prendre le risque d’être repéré par l’administration et expulsé du territoire dans les mois qui suivent.

Dans le cas du meurtre de Vanesa, plusieurs de ses collègues ont pourtant pris leur courage à deux mains et raconté aux policiers en patrouille dans le bois les agressions dont leurs clients et elles étaient l’objet. En vain : elles racontent ne pas avoir été écoutées. Quand on est femme, trans et prostituée, il faut que les agressions répétées pendant trois ans débouchent sur un meurtre pour que la police finisse par mettre son sonotone : les personnes arrêtées ont ainsi été mises en examen non seulement pour « meurtre commis en bande organisée », mais aussi pour « vol en réunion avec dégradations ».

Aux racines de la transphobie

Face à ces arrestations et à la couverture médiatique du meurtre, certains se demandent si les lignes ne seraient pas en train de bouger. Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’égalité femmes-hommes, qui a le tweet facile et lance en octobre sa plateforme de signalement des violences sexuelles et sexistes, a pourtant mis une semaine avant de réagir après l’annonce du meurtre de Vanesa Campos. Il faut dire que la France ne brille pas par son traitement des personnes trans : le changement d’état civil (c’est-à-dire l’inscription officielle, sur les papiers d’identité et dans les registres administratifs, d’une mention de sexe et d’un prénom correspondant à l’identité de genre revendiquée par la personne) reste complexe et arbitraire, les requérants devant obtenir l’accord d’un juge. Or, sans ce changement d’état civil, l’assignation sexuelle décidée à la naissance sera systématiquement rappelée à la personne – fondement matériel de souffrances et de violences qui s’expriment partout, des études au lieu de travail, en passant par les lieux publics.

Cette discrimination d’Etat nourrit évidemment la transphobie quotidienne, qui peut aller jusqu’à des violences graves : en mars dernier, une milice s’était organisée pour chasser, traquer et agresser physiquement des femmes transgenres dans Paris, se vantant ouvertement de ses ’exploits’ en postant une vidéo sur les réseaux sociaux.




Mots-clés

Transphobie   /    Prostitution   /    Genres et Sexualités