^

Politique

Chien de garde

Qui est Christophe Barbier, l’homme que Philippe Poutou effraie ?

Dans son édito du 5 avril pour le journal l’Express, Christophe Barbier, journaliste aguerri de la grande presse, a révélé le visage du nouveau danger national : Philippe Poutou et plus généralement les trotskistes.

Il semblerait que le grand débat présidentiel du 4 avril entre les 11 candidats ait été un véritable électrochoc pour le journaliste Christophe Barbier. La prestation de Philippe Poutou, candidat du NPA, sur le plateau n’a pas fait rire le journaliste, qui dès le lendemain matin a pris sa plume pour prendre le temps de révéler au grand jour le vrai visage de Philippe Poutou ; celui d’un « homme dangereux ». Une vision que l’on partage : celle d’un militant et d’une organisation aux idées, en effet, « dangereuses » pour leur démocratie, pour leur système. Celui-là même qui met tous les jours en danger la vie de millions de gens, qui ruine celle de millions d’autres.

Pour Christophe Barbier, Philippe Poutou loin d’être « représentatif du monde ouvrier » serait un « apparatchik, un produit de l’idéologie ». Un tantinet cocasse quand on sait que celui même qui a écrit cet édito est connu pour être l’un des « chiens de garde » de la démocratie bourgeoise. De ces journalistes qui, sous couvert d’objectivité, défendent régulièrement, à une heure de grande audience, les intérêts des politiciens et des patrons. Pas vraiment de ceux qui connaissent le monde ouvrier, ni de ceux qui apprécient particulièrement les idées anticapitalistes, révolutionnaires, et encore moins trotskistes, portées par le NPA ou Lutte Ouvrière.

Formé au Point et Europe 1, Christophe Barbier est devenu le directeur de rédaction du journal l’Express en août 2006 jusqu’en octobre 2016. Soi-disant « engagé » mais « non partisan », Christophe Barbier soutient les politiques de rigueur ou encore, se déclare en faveur de la déréglementation du travail le dimanche. Une énième personnalité médiatique « décomplexée ». Tellement « décomplexé », que Christophe Barbier, suite à l’élan de soutien et de sympathie pour Philippe Poutou suite au débat présidentiel, y voyant un grand danger, a choisi d’attaquer Philippe Poutou et le NPA. Une attaque qui révèle le fond de la pensée de nombre d’idéologues bourgeois qui voient, à juste titre, d’un mauvais œil que la population se mette à vouloir changer profondément le système.

Un système que connaît très bien Christophe Barbier parce qu’il en fait entièrement parti. Christophe Barbier affiche sans vergogne ses affinités avec Carla Bruni (qui lui aurait offert sa célèbre écharpe rouge) ou plus récemment avec Emmanuel Macron. Encore plus proche de lui, sa femme, qui n’est autre que la directrice de la communication d’Hermès. Christophe Barbier est aussi un directeur de rédaction, un patron, qui a organisé un plan de licenciement en 2015 : le journaliste met alors à la porte 125 salariés. Ce journaliste côtoie donc de près la sphère politique et celle de l’argent.

Un ami proche de tout ce « beau » monde dont ne fait définitivement pas parti Philippe Poutou. Tandis que le porte-parole du NPA se bat pour dénoncer devant des millions de personnes les privilèges de ce petit monde, pour dénoncer la soi-disant « objectivité » de ces médias qui défendent les intérêts des plus riches et des patrons, Christophe Barbier lui a appris à défendre ce même monde (visiblement avec hargne). Alors quand Philippe Poutou fait tomber les masques, les chiens de garde sont au garde à vous.




Mots-clés

Philippe Poutou   /    Présidentielles 2017   /    médias   /    Politique