A nos lecteur.rice.s

RP Dimanche, c’est quoi ?

Corinne Rozenn

Photo : Soldats français à Calais, 6 septembre 1917. Paul Castelnau, galerie Bilderwelt / Getty Images

RP Dimanche, c’est quoi ?

Corinne Rozenn

Le surtitre en fait déjà la radiographie : RP Dimanche est le nouveau supplément théorie, politique et culture de RévolutionPermanente.fr. Mais attention : ceci n’est pas (qu’)un nouveau canard

Le dimanche on a droit à la paresse et, parfois, aussi à la lecture. Et de nos jours il vaut mieux bien les choisir, ses lectures.

Rarement on aura vu un exécutif aussi rapidement affaibli et isolé et, de concert, une incapacité de notre camp social à exploiter la situation pour lui faire ravaler ses contre-réformes. Que les raisons de cette situation soient également à chercher du côté de l’atonie ou de la politique désastreuse des directions majoritaires du mouvement ouvrier et populaire et de la jeunesse, c’est une chose. Il n’en reste pas moins que cette situation ouvre grand un véritable boulevard pour la droite et l’extrême droite. C’est, d’ailleurs, le « moins pire des scénarios » pour Macron à l’approche des élections européennes.

Néanmoins, et c’est central, tout ceci ne veut aucunement dire que le rapport de force est désormais trop adverse pour notre classe et que cette situation est durable. En témoigne, notamment, la colère qui s’entend, au quotidien, contre le pouvoir, et ce quelle que soit la façon dont elle s’exprime. La contre-offensive qui est non seulement nécessaire mais possible ne pourra pas ne pas s’accompagner d’une capacité à contrer la propagande distillée par en haut et instillée, tous les jours, par l’ensemble des rouages des appareils idéologiques de l’Etat. D’où l’idée d’un supplément : un outil supplémentaire pour soutenir nos luttes dans le champ de la culture et de la théorie également.

En 1908, Lénine soulignait combien, après l’expérience de la révolution de 1905, répétition de celle d’Octobre, « lorsque les masses digèrent une expérience nouvelle et particulièrement riche de lutte révolutionnaire directe, alors le combat théorique pour construire un point de vue révolutionnaire, c’est-à-dire pour le marxisme révolutionnaire, devient le mot d’ordre du moment ». Le mouvement ouvrier et la jeunesse, en France, n’ont bien entendu pas « digéré » une expérience comparable en termes de richesse de lutte révolutionnaire directe. Ils ont été, en revanche, à l’origine de phénomènes avancés de résistance contre le rouleau-compresseur des contre-réformes ultralibérales que Hollande puis Macron ont voulu imposer.

A partir de ces mouvements, de nouveaux mots d’ordres et de nouveaux impératifs se sont imposés, des brèches de participation ont été créées, des idées et des envies de lutte ont recommencé à circuler. Pourtant, au goût de la bagarre fait face, aussi, le risque de la confusion comme le montre le désarroi dans certains secteurs de classe et qui font le terreau de l’extrême droite. Raison de plus pour penser à réarmer théoriquement notre camp social qui devra continuer à porter le fer. Pour cela, il doit le faire avec ses propres idées, en convoquant et en se réappropriant sa propre histoire pour envisager des futurs différents.

« Le dimanche c’est un jour autre, même le soleil est différent »

Il y a maintenant plus de trois ans, à la veille de la Loi Travail, nous avons lancé RévolutionPermanente.fr. Dans cette période de réorganisation et de redéfinition, notre but était de passer l’actualité au crible, au quotidien, pour contribuer à ce que notre camp ne se trompe ni de colères, ni de combats, mais également comme une arme que le Courant Communiste Révolutionnaire du NPA entendait mettre à disposition pour s’opposer, au jour le jour, à l’exploitation, aux violences institutionnelles et à toutes les oppressions.

Avec le lancement de RP Dimanche nous entendons, maintenant, donner davantage d’espace à la réflexion et à la théorie, à l’approfondissement de notre lecture politique de la situation et aux questions de culture au sens large de façon à (re)faire du « combat théorique » une arme de la critique centrale pour penser réellement les conditions de renversement de ce système. Articles, essais, interviews, compte-rendus, « documents », « archives », « mots-croisés », « lettres », et mêmes des bêtises remarquables dans un « bestiaire », RP Dimanche se veut votre compagnie du weekend.

Comme le notait Daniel Bensaïd dans ses réflexions sur le journalisme révolutionnaire -Canard ou Lapin-, « la recherche et le discours critiques ont en effet leur règle, leur rythme, leur tempo », alors que « la polémique et la dénonciation relèvent d’un autre registre ».

La polémique, en effet, se fait tous les jours. Le reste (le discours critique) que de temps en temps. Mais pas n’importe quand.

Nous proposons donc une nouvelle édition, hebdomadaire, cette fois-ci, distincte et décalée, par rapport au quotidien, RévolutionPermanente.fr et qui paraîtra tous les dimanches.

Alors que Stendhal admettait ne pas savoir s’expliquer « aujourd’hui, à cinquante-deux ans, la disposition au malheur » que lui donnait le dimanche, Macron, plus prosaïquement continue à rêver de faire du dimanche un jour comme les autres, un jour ouvré.

De notre côté nous avons choisi ce jour que l’on voudrait chomé, pour toutes et tous, pour proposer aux lecteurs et aux lectrices de RP de quoi réfléchir.

Lundi va commencer par une grande Conférence de paix, à Paris, après « l’itinérance mémorielle » lancée par l’Elysée et qui a vu Emmanuel Macron faire le tour des célébrations « 14-18 », de Verdun à Strasbourg en passant par Reims. L’émotion feinte du Président de la République, son hommage aux poilus, sa dénonciation de l’horreur de tranchées font partie de la mascarade. C’est la raison pour laquelle nous ouvrons notre premier numéro avec un dossier consacré à la Grande Guerre, pour revendiquer, contre la mémoire de cette dernière que l’on veut nous imposer, le point de vue et la lutte des déserteurs, des insoumis, des antimilitaristes, des anti-patriotes, des socialistes pacifistes et des révolutionnaires internationalistes qui disaient que cette guerre de 14 n’était pas la leur mais que la révolution, qu’ils et elles appelaient de leurs vœux, allait être l’affaire de tous. Et qui contre vents et marées, tout en étant minoritaires, ont tenu sur cette ligne.

VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE ÉDITION
MOTS-CLÉS

[RP Dimanche]   /   [14-18]   /   [Jeunesse]   /   [ Courant Communiste Révolutionnaire]   /   [Réseau international Izquierda Diario]   /   [mouvement étudiant]   /   [Emmanuel Macron]   /   [Révolution Permanente]   /   [NPA]   /   [Politique]

Corinne Rozenn

COMMENTAIRES