^

Notre classe

Répression à la SNCF. La mobilisation en soutien à Mathieu a payé !

Radiation d’un cheminot refusée par l’inspection du travail

Après plusieurs mois d’attente, l’inspection du travail s’est finalement prononcée contre la radiation et donc le licenciement de Mathieu, cheminot à Mulhouse et militant SUD Rail. Une première victoire importante mais la lutte doit continuer ! Correspondants cheminots

Répression inédite à la SNCF

Mathieu et Christophe avaient fait l’objet d’une procédure de licenciement suite à la manifestation parisienne du 14 juin, accusés par la direction de la SNCF des faits non avérés. La criminalisation des militants syndicalistes et de tous ceux qui contestent les plans de la direction était à l’œuvre. Ces deux cheminots menacés de licenciement, c’est la pointe de l’iceberg, puisqu’il y a plus de 400 cheminots qui subissent la répression à travers des sanctions, des procès en justice ou des conseils de discipline en interne, pour des faits de grève. Il faut démontrer toute notre détermination et solidarité pour dénoncer cette attaque extrêmement grave, par lequel la boîte cherche clairement à faire peur, à faire passer un message : si on ose contester la politique de la direction, on peut se faire virer. On ne peut pas laisser passer ça !

La mobilisation se construit mais elle doit continuer et s’amplifier !

Une mobilisation pour soutenir Mathieu et Christophe s’est mise en place localement à Mulhouse. Des réunions publiques, des prises de parole lors des rassemblements, et la construction de la solidarité à travers le collectif mulhousien contre la radiation de Christophe et Mathieu, avec la participation de syndicalistes de plusieurs secteurs, comme des syndicalistes de l’automobile.

Aujourd’hui, une première victoire a été obtenue avec le rejet du licenciement de Mathieu par l’Inspection du travail, et il faut dire que cette mobilisation n’y est pas pour rien ! La direction de la SNCF engagera-t-elle un recours au ministère pour obtenir le licenciement de Mathieu ? C’est à craindre, car, pour les dirigeants de la SNCF, il s’agit d’en faire un cas exemplaire. Ils ont besoin de pouvoir licencier les syndicalistes qui dérangent pour ensuite faire appliquer jusqu’au bout la réforme ferroviaire et toutes ses conséquences néfastes pour les cheminots et les usagers.

Il est donc fondamental d’amplifier cette mobilisation, faire connaître le cas de Mathieu et Christophe au niveau national, dans toutes les sections syndicales, à commencer par celles de SUD Rail, mais aussi les autres syndicats cheminots, ainsi que d’autres secteurs. Cette attaque concerne l’ensemble de la classe ouvrière et tous les militants sociaux, très au-delà des seuls cheminots, tout comme l’attaque et la condamnation des Goodyear concernent l’ensemble de travailleurs. Il est donc un devoir de chaque militant de faire connaître cette situation et de construire la solidarité jusqu’à ce que Mathieu et Christophe puissent retourner au travail.




Mots-clés

Cheminot-e-s   /    Loi El Khomri   /    SNCF   /    Répression   /    Notre classe