^

Politique

Nucléaire

Réacteur EPR à Flamanville : selon EDF, jusqu’ici tout va bien...

Ce n'est pas la première fois que l'Agence de sûreté nucléaire (ASN) s'inquiète de la centrale de Flamanville : dans les Nouveaux chiens de garde, un tel problème est justement analysé par les réalisateurs comme cas exemplaire de censure d'information intéressant le bien commun. Mais apparemment l'info fuite de plus en plus, comme le réacteur EPR d'ailleurs.

Crédits : CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Le 12 avril, le président de l’ASN déclare au sénat que de sérieux défauts sur le réacteur impliquent un risque élevé « d’accident majeur ». C’était déjà le cas en février dernier, mais EDF avait minimisé le caractère de ces défauts en expliquant que si le réacteur ne répondait pas à toutes les normes de sécurité, c’était parce que celles-ci étaient très exigeantes. Mais une nouvelle visite en mars, préalable à la mise en route du réacteur, a forcé l’entreprise à admettre la gravité de ces défauts de soudure dans les tuyaux du réacteur.

L’ASN est revenue mardi dernier sur la centrale et témoigne désormais que non seulement les défauts sont avérés, mais aussi qu’il y a eu négligence de la part d’EDF et de Framatome, tant en ce qui concerne l’identification des défauts que pour les conditions de travail des personnels chargés des contrôles. C’est donc non seulement en raison des problèmes techniques liés aux soudures des tuyaux du réacteur, mais également pour la qualité des contrôles et la réactivité d’EDF que l’ASN parle d’une alerte sérieuse pour la sécurité.

On s’en doute, c’est pour des raisons de coût qu’EDF a minimisé les risques liés à son réacteur de 3ème génération. La sécurité de toute une région est donc laissée à des chefs comptables, tous soucieux de faire du bénéfice sur une source d’énergie qui produit par ailleurs des déchets dont on ne sait pas non plus quoi faire. Ainsi va le capitalisme.




Mots-clés

Nucléaire   /    Ecologie   /    EDF   /    Politique