^

Politique

« On ne peut pas payer à tout le monde des montures Chanel »

Remboursement à 100% des frais de santé. Avec les « montures Chanel », Agnès Buzyn renie la promesse du candidat Macron

La petite phrase volontairement polémique qui glisse et qui a son petit effet, le président Macron – avec sa célèbre réplique sur les « fainéants » – en a fait sa marque de fabrique. Aujourd’hui Agnès Buzyn, sa ministre de la santé, jusqu’ici inconnue au bataillon reprend la méthode à propos de la promesse présidentielle d’un remboursement à 100% des soins d’optiques, dentaires et auditifs. En déclarant qu’ « on ne peut payer à tout le monde des montures Chanel », elle ne fait rien d’autre que préparer le terrain pour un nouveau reniement des promesses de campagne du président.

Des remboursements de monture n’excédant pas 3 euros actuellement… loin des « montures Chanel »

Agnès Buzyn, actuelle ministre de la Solidarité et de la Santé, a sorti sa petite phrase assassine devant un parterre de journalistes de l’Association des Journalistes de la protection sociale (AJps) réunis ce mardi 21 novembre. Tout le monde ne porte pas de montures « Chanel » de même que tout le monde n’est pas « fainéant ». Elle le sait, mais en clair, c’est par cette phrase volontairement caricaturale et polémique qu’Agnès Buzyn compte enterrer la promesse présidentielle du remboursement optique à 100 %.

Si on s’en tient au cas de l’optique, aujourd’hui, les montures de lunettes ne sont remboursées par la Sécurité Sociale qu’à hauteur de 60% sur la base d’un tarif fixé à 30 euros pour les moins de 18 ans et de 3 euros pour les adultes : des tarifs totalement insignifiants au vu des prix des montures de base… bien loin des luxueuses paires de Chanel. Quant aux verres, le remboursement maximum s’élève à 24 euros par verre lorsque la correction est inférieure à -8. Au total, les remboursements de la sécurité sociale ne s’élèvent qu’à quelques euros remboursés sur une paire de lunette qui coûte en moyenne 300 euros, presque entièrement à la charge individuelle. Pour les prothèses dentaires et auditives, les remboursements sont tout aussi ridicules.

La question n’est donc véritablement pas de savoir si les remboursements à 100% doivent permettre ou non à tous de s’offrir des lunettes luxueuses. Mais plutôt de permettre un accès de base à ces dispositifs de soin dont sont exclus beaucoup de personnes modestes.

Une nouvelle promesse de campagne enterrée

La promesse de campagne – d’ores et déjà enterrée – reposait, en tant que telle, sur une ambiguïté voulue. Compte tenu de la teneur profondément libérale du programme macronien, de la mise à sang du financement de la sécurité sociale par les déductions de cotisations sociales patronales et salariales, la promesse de « remboursement à 100% des frais de santé », dont le candidat Macron évitait soigneusement de présenter la modalité de financement, ne pouvait que faire la part belle aux mutuelles privées.

A l’époque de la campagne, cette promesse contribuait à l’image d’un candidat « ni de droite, ni de gauche » et visait à séduire l’électorat « socialiste » par une concession sociale de façade destinée à équilibrer son programme très droitier et ultralibéral.

Avec ce nouveau coup de com’ de la ministre Agnès Buzyn, on sait désormais que le gouvernement a choisi de renier ses engagements, et ses concessions, même les plus minimes, à sa gauche. Quant aux mutuelles privées, qui devraient prendre toujours plus de place avec la mise en banqueroute de la sécurité Sociale, il n’est pas sûr que la nouvelle ministre leur impose grand chose du point de vue des modalités de prise en charge des frais de santé. L’effet de manche de la ministre vient une nouvelle fois confirmer à quel point le gouvernement Macron est un gouvernement des riches, pour les riches.

photo : une paire de lunette solaire de la collection Bijou 2016 de Chanel.




Mots-clés

Sécurité sociale   /    Santé   /    Politique