^

Monde

Géopolitique

Rencontre el-Assad / Poutine à Sotchi deux jours avant le sommet sur la crise syrienne

Ce lundi 20 novembre 2017, le président syrien a rencontré son homologue russe Vladimir Poutine à Sotchi, deux jours avant un sommet à trois, sur la crise syrienne, entre le chef du Kremlin et ses homologues turc et iranien, Erdogan et Rohani.

Durant cette entrevue, Bachar el-Assad a commencé par un éloge envers poutine : « Tout d’abord, je voudrais profiter de cette occasion pour vous transmettre la gratitude du peuple syrien pour nous avoir aidés à défendre l’intégrité territoriale et l’indépendance de notre pays. Depuis l’intervention de la Russie, il y a un peu plus de deux ans, nous avons remporté de grands succès -. Plusieurs régions de la Syrie que nous avions été contraints d’abandonner ont été libérées des terroristes ».

Dans cette brève visite, el-Assad a pu afficher son soutien à la politique militaire russe dans son pays, son seul allié sur la scène internationale. Cette relation sans faille depuis 2011 -, suite aux révolutions arabes et la peur de Bachar el-Assad d’être destitué, s’est intensifiée jusqu’à la création de la base militaire Deir Ezzour, située dans l’Est du pays, et qui constitue avec la base aérienne de Hmeymim et la base maritime de Tartous, toute deux situées elles aussi en Syrie, les seuls point d’ancrages militaires du Kremlin au Moyen-Orient. Autant dire que l’alliance avec Bachar el-Assad est très stratégique pour Poutine.

Géographiquement la Syrie est sur les chemins de gazoducs qataris. Si ce pays refuse le passage de ces pipelines vers l’Europe, la Russie garde le monopole sur le marché du gaz. Il y a donc un intérêt économique majeur. En 2005, la vente de gaz naturel représentait 20 % des recettes budgétaires de l’État russe.
El-Assad a lui aussi des intérêts à se placer à coté de Poutine. La Syrie est en guerre civile depuis les printemps arabes de 2011, et Bachar est prêt à tout pour garder son pouvoir comme le prouvent les massacres - qu’il a commis contre son peuple. De ce point de vue, la Russie, seul allié de poids du coté du régime syrien, est primordiale à Bachar el-Assad pour maintenir son pouvoir.

Crédits photo : afp.com/ALEXEY DRUZHININ




Mots-clés

Vladimir Poutine   /    Bachar Al-Assad   /    Russie   /    Syrie   /    Monde