^

Politique

Manif très encadrée par la police

#OnVautMieuxQueCa

Quatre jours après les résultats du premier tour qui laissent le choix aux électeurs entre l’ultralibéral Macron et la nationaliste Le Pen, de nombreuses manifestations ont eu lieu en France ce jeudi : à Rennes, elle a rassemblé 1500 personnes.

Crédits photos : AFP.com/Jean-François Monnier

C’était une des villes les plus mobilisées dans le mouvement contre la loi-travail : Rennes reprend le chemin de la rue à l’occasion de l’entre deux tour, pour dire non au choix Macron-Le Pen. En effet, près de 1500 manifestants, pour la plupart étudiants et lycéens, ont marché pendant près de trois heures pour affirmer leur refus de voter Macron ou Le Pen au second tour des présidentielles. Encore une fois, le préfet avait interdit à la manifestation de passer par le centre ville, qui était bloqué de toutes parts par les forces de répression, qui n’ont pas manqué de signifier cette interdiction par des tirs de lacrymogènes envers la manifestation. C’est le deuxième rassemblement dans la semaine, après une première manifestation mardi, où déjà un petit millier de manifestants étaient venus s’opposer au non-choix du second tour.

Les slogans fusent « c’est pas les immigrés, ni les sans-papiers qu’il faut expulser, c’est Marine Le Pen », ou encore « Macron, Le Pen, même combat !  » : face à ce que certains appellent un non-choix, c’est bien l’abstention qui est dans toutes les têtes des manifestants, quand ce n’est pas le vote blanc ; comme le dit d’ailleurs une banderole : « Ni Macron, ni Le Pen, on vaut mieux que ca », reprenant le slogan qui avait émergé au début du mouvement contre la loi-travail. Par ailleurs, quelques drapeaux de Sud, du PCF, d’Ensemble ! mais surtout de simples drapeaux rouges étaient brandis par les manifestants.

La manifestation a cependant été durement réprimée : très fortement encadrée par les CRS et la BAC, un hélicoptère de la gendarmerie survolait la ville durant toute la première moitié de la journée, tandis que deux manifestants ont été arrêtés. Fait encore plus rare : un policier a même braqué la foule avec son arme de service, comme le montre la vidéo de nos camarades de Taranis News :




Mots-clés

Marine Le Pen   /    Présidentielles 2017   /    Rennes   /    Emmanuel Macron   /    FN   /    Politique