^

Jeunesse

Tous à la Commune Libre de Tolbiac !

Répression imminente à Tolbiac : le président de l’université fait appel à la préfecture de police.

Dans un communiqué envoyé ce matin à 8heures sur les listes de l'université, Georges Haddad, président de Paris-1 annonce qu' « il a demandé au préfet de police son concours pour rétablir le fonctionnel habituel du centre » du 13ème arrondissement. Une décision d'autant plus scandaleuse qu'elle intervient quelques jours après l'attaque d'une milice fasciste à Tolbiac et la promesse de G. Haddad de ne pas faire évacuer le site et ses occupants mobilisés.

Après la répression violente des forces de police à l’université de Nanterre, lundi dernier, alors que les étudiants mobilisés contre la sélection tenaient une assemblée générale pour organiser la mobilisation contre la loi ORE, c’est au tour du président de l’université Paris 1, Georges Haddad de confirmer par un communiqué, sa décision de s’en remettre à la préfecture de police de Paris, et donc d’envoyer les flics pour faire évacuer la Commune de Tolbiac, centre névralgique de la mobilisation contre le plan Vidal et la sélection.

Son communiqué est proprement scandaleux. Écrit à la troisième personne, le communiqué indique que « Georges Haddad, président de l’université, [...]considère que la ligne rouge est franchie » et que « la gravité des violences constatées dans le centre Pierre-Mendès-France ne permet plus d’assurer la sécurité des personnes ».

La nature et l’origine de ces violences, à quelques jours d’une agression par un groupe d’une vingtaine de militants d’extrême-droite contre les étudiants occupants le site, est volontairement tue. Depuis plusieurs semaines, les médias s’acharnent à entretenir la confusion entre les exactions violentes commises par les groupuscules d’extrême-droite et les étudiants mobilisés contre la sélection à l’entrée de l’université, une confusion reprise par le président Georges Haddad.

Georges Haddad a demandé « au préfet de police son concours pour rétablir le fonctionnement habituel du site », une manière d’annoncer que l’intervention des forces de police sur Tolbiac est imminente. Un tour de force qui va de pair avec le tournant répressif du gouvernement qui selon des sources issues des rangs de l’opposition, auraient donné l’ordre de débloquer les facs coûte que coûte.

Derrière les déclarations d’Haddad, il y a la volonté du gouvernement de mettre fin à la contestation dans les universités, et ce, alors que la mobilisation progresse sur les campus et que les grèves à la SNCF pourraient bien se durcir à partir de vendredi. Le gouvernement prend peur. Un bon signe pour la mobilisation sociale qui a de plus en plus de signes qu’il devient possible de défaire Macron.

En attendant, il ne faut rien lâcher. De manière urgente, dès ce matin, toutes les forces sont nécessaires sur le site de Tolbiac pour stopper l’évacuation.




Mots-clés

Tolbiac   /    Université Paris 1   /    Plan Etudiants   /    mouvement étudiant   /    Sélection à l’université   /    Université   /    Jeunesse